Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Economie

Les Syriens privés d'accès à Internet

© AFP

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 08/05/2013

Depuis mardi, la Syrie est coupée du réseau Internet. Pour Cedexis, une société française de veille du trafic internet, il peut s'agir aussi bien d'une panne que d'une volonté du régime syrien de couper les communications pour cacher une offensive.

Depuis mardi soir, les Syriens sont plongés dans un trou noir numérique. Le pays est coupé du réseau Internet.

"Je n’ai plus de données à partir de hier soir vers 19h, heure de Paris", confirme à FRANCE 24 Nicolas Guillaume, porte-parole de Cedexis, une société française d’”aiguilleur du Net” qui surveille le trafic sur le Web et analyse la qualité des services des prestataires internet.

Comme le montrent également des données diffusées par Google, le trafic a subitement cessé en début de soirée. Ces perturbations affectent l’ensemble du pays. Les liaisons téléphoniques entre les différentes provinces syriennes ont également été coupées.

Les données de Google sur le trafic Internet en Syrie


La guerre numérique

Selon l’agence officielle syrienne Sana, ce "blackout" est dû à une panne de câbles de fibre optique. Citant un responsable du secteur des communications, elle assure que "des efforts sont en cours pour réparer la panne et rétablir les liaisons internet et téléphoniques au plus vite".

De leur côté, les activistes hostiles au régime de Bachar al-Assad dénoncent cette version et accusent le pouvoir d’avoir volontairement coupé le réseau. "Mêmes les moyens de communication par satellite sont lents", a affirmé l’un d’entre eux, qui se trouve hors du pays, à l’AFP.

Panne ou offensive ?

Pour Cedexis, rien ne permet encore de trancher entre ces différentes hypothèses. "Le réseau, qui dépend d’un seul fournisseur (NDLR : la STE, Syrian Telecommunication Establishment) est tellement centralisé que cela peut générer des pannes majeures. Au moindre problème, l’impact peut être énorme", estime Nicolas Guillaume.

Ce spécialiste observe également que cette coupure a peut-être été causée par des dégâts subis par les infrastructures : "C’est un pays en guerre. On peut raisonnablement estimé qu’il peut y avoir des dommages sur le réseau".

Au-delà de ces aspects techniques, Nicolas Guillaume note surtout que cette panne généralisée ressemble à une précédente coupure en novembre 2012 qui avait duré trois jours : "On ne peut pas pour le moment suivre une piste plus que l’autre, mais le fait est qu’en novembre la coupure résultait d’une action volontaire du régime syrien".

"L’histoire nous a montré à l’époque, qu’ils avaient volontairement coupé le réseau pour faire des essais ou parce qu’il y avait eu une grande offensive de l’armée syrienne. Quand il y a une longue coupure en Syrie, c’est souvent pour empêcher les communications entre les organisations rebelles", poursuit-il.

La solidarité Internet

Lors de cette dernière interruption du réseau, des activistes avaient lancé un mouvement d’entraide sur Internet. Les cyberactivistes Telecomix avaient ainsi mis en place des numéros de téléphone permettant, grâce à un mot de passe, de se connecter à des serveurs situés à l’extérieur du pays.

Cette méthode déjà utilisée lors de la coupure généralisée de l’Internet durant la révolution égyptienne, est de nouveau d’actualité. Sur Twitter, le hastag #OpSyria permet de suivre les recommandations pour se connecter à Internet depuis la Syrie.

"Ce sont des groupes d'activistes qui réunissent des moyens matériels et logiciels pour fournir des liaisons de communication aux Syriens notamment aux rebelles en passant par des modems qui utilisent les lignes traditionnelles. On peut appeler un numéro international qui va fournir une connexion bas débit", explique Nicolas Guillaume.

"Mais je ne sais pas si ce bas débit va fonctionner si les communications téléphoniques internationales sont également coupées", précise-t-il.

Cette méthode est également plus risquée. En passant par le téléphone, les connections sont beaucoup moins sécurisées et ouvrent la porte à une surveillance accrue des services de sécurité de l’État syrien.

Première publication : 08/05/2013

  • INTERNET

    L'Armée électronique syrienne s'attaque au journal satirique "The Onion"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google reconnaît la Palestine

    En savoir plus

  • INTERNET

    Paul Miller, le geek qui a survécu 365 jours sans Internet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)