Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : plusieurs morts et des centaines de disparus

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

SPORT

Quel avenir financier pour Manchester United après le départ de Ferguson ?

© AFP

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 09/05/2013

Après l'annonce du départ à la retraite de l'entraîneur Alex Ferguson, l'action du club de Manchester United a légèrement reculé à Wall Street. En plus d'un impact sportif, ce changement à la tête de l'équipe a également des conséquences économiques.

L’annonce du départ à la retraite du légendaire entraîneur de Manchester United Sir Alex Ferguson n’a pas seulement fait l’effet d’une bombe sur les terrains de football. Dans les salles de marché, cette nouvelle a aussi eu des répercussions.

À Wall Street, l’action du club de football a légèrement reculé mercredi. Son cours a perdu jusqu’à 5 % pour atteindre 17,85 dollars, avant de se reprendre jeudi aux alentours de 18,40 dollars. Ce bouleversement à la tête du troisième club le plus riche au monde (derrière le Real Madrid et Barcelone), avec 395,9 millions d’euros de chiffre d’affaires la saison dernière, a ainsi inquiété les courtiers de la place financière new-yorkaise.

Lors de son entrée en Bourse en août 2012, décidée par son propriétaire l’homme d’affaires américain Malcolm Glazer, Manchester United avait déjà prévenu ses investisseurs que le départ éventuel d’Alex Ferguson était un facteur de risques. "Les possibles successeurs de notre entraîneur actuel ne seront peut-être pas aussi prolifiques que lui", pouvait-on lire à l’époque dans le document d’introduction.

Malgré cette zone d’ombre sur son avenir et une dette de 368 millions d’euros, le club a réussi ces derniers mois à gagner la confiance des marchés financiers. Depuis son arrivée en Bourse, son cours a grimpé de 31,7 %. Manchester est désormais valorisé à 3,02 milliards de dollars.

Des contrats mirobolants

Cette bonne santé financière s’explique notamment par la signature de lucratifs contrats. L’équipe anglaise a obtenu, en août dernier, un accord avec la compagnie américaine automobile General Motors d'un montant de 452 millions d’euros pour devenir le sponsor officiel. La marque Chevrolet sera ainsi sur les maillots des Red Devils pour sept ans à partir de la saison prochaine.

Le club est également toujours en contrat avec son sponsor actuel, l’assureur américain AON. L’entreprise a versé en avril 183 millions d’euros pour apparaître désormais sur les maillots d’entrainement.

Publicité de Manchester United et AON

Une notoriété mondiale

L’équipe de Manchester, qui compte vingt titres de champion d’Angleterre à son palmarès et deux Ligue des champions, peut aussi surtout compter sur sa notoriété pour garantir ses profits. Sur les 395,9 millions d’euros de chiffre d’affaires, elle tire 122 millions de sa billetterie, 128,5 millions de ses droits télévisuels et 145,4 millions de ses recettes commerciales. Les maillots à l’effigie de Wayne Rooney, Robin Van Persie ou des anciens joueurs comme Eric Cantona et David Beckham s’arrachent aux quatre coins du monde.

Selon une étude menée en 2011 par le cabinet allemand Sport Markt, Manchester United serait ainsi le club le plus populaire de la planète avec 354 millions de supporters. Cette popularité est d’ailleurs en constante progression en Asie.

Comme le note ainsi à l’AFP Richard Hunter, analyste du courtier britannique Hargreaves Lansdown : "La machine à commercialiser les produits dérivés ne va pas s'enrayer du jour au lendemain et il y a peu de raisons de penser que le club ne va pas continuer à publier des résultats impressionnants".

En annonçant sa retraite, Alex Ferguson a d’ailleurs lui-même voulu rassurer les investisseurs. Après 27 ans de bons et loyaux services, il laisse à son successeur David Moyes un club devenu prospère : "C'était important pour moi de quitter une organisation au meilleur de sa forme et je crois l'avoir fait".

Première publication : 09/05/2013

  • ROYAUME-UNI

    David Moyes prend la suite d'Alex Ferguson à la tête de Manchester United

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Manchester United : Sir Alex Ferguson tire sa révérence

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Premier league : Manchester United champion d'Angleterre pour la 20e fois

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)