Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

SPORT

Quel avenir financier pour Manchester United après le départ de Ferguson ?

© AFP

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 09/05/2013

Après l'annonce du départ à la retraite de l'entraîneur Alex Ferguson, l'action du club de Manchester United a légèrement reculé à Wall Street. En plus d'un impact sportif, ce changement à la tête de l'équipe a également des conséquences économiques.

L’annonce du départ à la retraite du légendaire entraîneur de Manchester United Sir Alex Ferguson n’a pas seulement fait l’effet d’une bombe sur les terrains de football. Dans les salles de marché, cette nouvelle a aussi eu des répercussions.

À Wall Street, l’action du club de football a légèrement reculé mercredi. Son cours a perdu jusqu’à 5 % pour atteindre 17,85 dollars, avant de se reprendre jeudi aux alentours de 18,40 dollars. Ce bouleversement à la tête du troisième club le plus riche au monde (derrière le Real Madrid et Barcelone), avec 395,9 millions d’euros de chiffre d’affaires la saison dernière, a ainsi inquiété les courtiers de la place financière new-yorkaise.

Lors de son entrée en Bourse en août 2012, décidée par son propriétaire l’homme d’affaires américain Malcolm Glazer, Manchester United avait déjà prévenu ses investisseurs que le départ éventuel d’Alex Ferguson était un facteur de risques. "Les possibles successeurs de notre entraîneur actuel ne seront peut-être pas aussi prolifiques que lui", pouvait-on lire à l’époque dans le document d’introduction.

Malgré cette zone d’ombre sur son avenir et une dette de 368 millions d’euros, le club a réussi ces derniers mois à gagner la confiance des marchés financiers. Depuis son arrivée en Bourse, son cours a grimpé de 31,7 %. Manchester est désormais valorisé à 3,02 milliards de dollars.

Des contrats mirobolants

Cette bonne santé financière s’explique notamment par la signature de lucratifs contrats. L’équipe anglaise a obtenu, en août dernier, un accord avec la compagnie américaine automobile General Motors d'un montant de 452 millions d’euros pour devenir le sponsor officiel. La marque Chevrolet sera ainsi sur les maillots des Red Devils pour sept ans à partir de la saison prochaine.

Le club est également toujours en contrat avec son sponsor actuel, l’assureur américain AON. L’entreprise a versé en avril 183 millions d’euros pour apparaître désormais sur les maillots d’entrainement.

Publicité de Manchester United et AON

Une notoriété mondiale

L’équipe de Manchester, qui compte vingt titres de champion d’Angleterre à son palmarès et deux Ligue des champions, peut aussi surtout compter sur sa notoriété pour garantir ses profits. Sur les 395,9 millions d’euros de chiffre d’affaires, elle tire 122 millions de sa billetterie, 128,5 millions de ses droits télévisuels et 145,4 millions de ses recettes commerciales. Les maillots à l’effigie de Wayne Rooney, Robin Van Persie ou des anciens joueurs comme Eric Cantona et David Beckham s’arrachent aux quatre coins du monde.

Selon une étude menée en 2011 par le cabinet allemand Sport Markt, Manchester United serait ainsi le club le plus populaire de la planète avec 354 millions de supporters. Cette popularité est d’ailleurs en constante progression en Asie.

Comme le note ainsi à l’AFP Richard Hunter, analyste du courtier britannique Hargreaves Lansdown : "La machine à commercialiser les produits dérivés ne va pas s'enrayer du jour au lendemain et il y a peu de raisons de penser que le club ne va pas continuer à publier des résultats impressionnants".

En annonçant sa retraite, Alex Ferguson a d’ailleurs lui-même voulu rassurer les investisseurs. Après 27 ans de bons et loyaux services, il laisse à son successeur David Moyes un club devenu prospère : "C'était important pour moi de quitter une organisation au meilleur de sa forme et je crois l'avoir fait".

Première publication : 09/05/2013

  • ROYAUME-UNI

    David Moyes prend la suite d'Alex Ferguson à la tête de Manchester United

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Manchester United : Sir Alex Ferguson tire sa révérence

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Premier league : Manchester United champion d'Angleterre pour la 20e fois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)