Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Hezbollah prêt à aider la Syrie à reconquérir le Golan

© AFP

Vidéo par Selim EL MEDDEB

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/05/2013

Le chef du Hezbollah a indiqué jeudi que la Syrie répliquerait aux raids israéliens en fournissant des armes de pointe à l’organisation chiite libanaise, et que cette dernière soutiendrait toute tentative de Damas de reconquérir le Golan.

Quelques jours après les raids lancés vendredi et dimanche derniers par Israël en Syrie, qui auraient visé des armes iraniennes destinées au parti chiite libanais, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a indiqué, jeudi, lors d'une allocution télévisée, que "Si l'objectif  [des] attaques [israéliennes] était d'empêcher le renforcement du potentiel de résistance [du Hezbollah], alors la Syrie fournira à la résistance des armes de pointe comme elle n'en a pas vu jusqu'à présent". Le 30 avril, la formation chiite avait reconnu pour la première fois l'engagement de ses troupes aux côtés des soldats du régime de Damas.

Hassan Nasrallah, qui intervenait à l'occasion du 25e anniversaire de la création de la radio Al-Nour du Hezbollah, a également affirmé que les forces de son organisation soutiendront toute tentative de la Syrie pour reconquérir le plateau du Golan. "Nous annonçons que nous sommes aux côtés de la résistance populaire syrienne et proposons notre soutien matériel et moral, ainsi qu'une coordination, en vue de libérer le Golan syrien" a martelé l'allié du régime de Bachar al-Assad.

"La résistance libanaise s'apprête à recevoir des armes qui vont changer la donne" a déclaré Hassan Nasrallah

"Ni le Hezbollah, ni la Syrie n’ont les moyens de s’en prendre à Israël"

"À défaut de pouvoir répondre sur le plan militaire, Nasrallah répond sur le plan verbal", analyse Fabrice Balanche, spécialiste du Proche-Orient sur l’antenne de FRANCE 24.

Cette escalade verbale survient alors qu'un responsable de l'État d'hébreu avait averti dimanche que "chaque fois que des informations parviendront à Israël sur un transfert de missiles ou d'armements de Syrie au Liban, ils seront attaqués".

Mais selon Fabrice Balanche, "ni le Hezbollah, ni la Syrie n’ont réellement les moyens de s’en prendre à Israël". Il ajoute, par ailleurs, qu’il "serait très difficile pour le Hezbollah d’entraîner le Liban dans une guerre contre Israël alors que seul le territoire syrien a été ciblé par les raids israéliens".

Retrait des casques bleus

L'ONU a retiré mercredi des observateurs d'un poste du plateau du Golan, zone-tampon entre la Syrie et Israël, où quatre Casques bleus ont été capturés la veille par des rebelles syriens, selon un porte-parole. "À la lumière de l'évolution de la situation au niveau sécuritaire, les forces de maintien de la paix ont été retirées de cet endroit", a fait savoir Martin Nesirky, porte-parole de Ban Ki moon. Les soldats "opèrent dans un environnement extrêmement dangereux et inhabituel", a-t-il expliqué.

Les quatre Casques bleus, Philippins, ont été capturés mardi par "un groupe armé inconnu" alors qu'ils patrouillaient dans la zone-tampon, près de la localité d'Al-Jamlah, avait indiqué l'ONU. Martin Nesirky a, en outre, précisé que qu'ils étaient probablement toujours dans la région d'Al-Jamlah.

Cette décision de l'ONU résulte de l'inquiétude exprimée par les pays fournissant des troupes à la FNUOD (Force de l'observation du désengagement sur le Golan), à laquelle appartiennent les quatre observateurs enlevés.

Lakhdar Brahimi reste médiateur

Les autorités syriennes ont par ailleurs salué le rapprochement américano-russe en faveur d'une solution politique au conflit en Syrie, en se disant confiant en la fermeté de la position de Moscou, Washington insistant cependant sur un départ négocié du président Bachar al-Assad.

Dans le même temps, à la suite de la récente initiative américano-russe, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a convaincu le médiateur Lakhdar Brahimi de rester à son poste.

Avec dépêches

Première publication : 09/05/2013

  • SYRIE

    Quatre casques bleus philippins enlevés près du plateau du Golan

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le bilan du raid israélien mené au nord de Damas s'alourdit

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les raids israéliens en Syrie, "une menace pour la stabilité de la région"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)