Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

asie

Dernier jour de campagne avant des législatives historiques au Pakistan

© AFP

Vidéo par Julien FOUCHET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/05/2013

Au dernier jour de la campagne, les candidats jettent leurs ultimes forces dans la course électorale avant les législatives de samedi. C'est la première fois dans le pays qu'un gouvernement démocratiquement élu parvient au terme de son mandat.

Les Pakistanais voteront samedi 11 mai pour élire leurs députés au parlement national, un scrutin à l'issue duquel le parti arrivé en tête devra rassembler une majorité pour gouverner, et dans les quatre assemblées provinciales du pays.

Le fils d'un ancien Premier ministre a été enlevé

Des hommes armés ont kidnappé ce jeudi un des fils de l'ancien Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani, Ali Haider. Selon la police, l'enlèvement a eu lieu près de Multan, une ville conservatrice au coeur de la province du Pendjab.

Yousuf Raza Gilani a été Premier ministre de 2008 jusqu'à sa destitution par la justice en juin 2012. La commission électorale a invalidé sa candidature en vue des législatives de samedi.

Ali Haider est lui candidat aux élections provinciales sous la bannière du Parti du peuple pakistanais (PPP), formation à la tête de la coalition sortante à Islamabad. (AFP)

Ces élections seront les premières depuis la création du Pakistan en 1947 à se dérouler après qu'un gouvernement civil eut achevé son mandat de cinq ans, d'où leur importance pour la consolidation de la démocratie dans ce pays instable.
              
L'Assemblée nationale compte 342 députés, dont 272 sont élus par un scrutin uninominal à un tour et 70 autres à la proportionnelle (60 sièges réservés aux femmes et 10 pour les minorités religieuses: chrétiens, hindous...).
              
Les 86 millions d'inscrits éliront également samedi les députés des quatre provinces du pays: Pendjab (centre), Sind (sud), Baloutchistan (sud-ouest) et Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest).
              
Les électeurs des zones tribales bordant l'Afghanistan, considérées comme le principal refuge des talibans pakistanais et de leurs alliés d'Al-Qaïda dans la région, voteront seulement pour l'Assemblée nationale. Particularité de ces régions conservatrices: aucun siège n'est réservé aux femmes.
              
Les scrutins fédéraux et provinciaux ne concernent pas les régions nordiques du Gilgit-Baltistan et la portion du Cachemire administrée par le Pakistan (nord), qui ont un statut à part.
              
Particularité pakistanaise, un candidat peut tenter sa chance dans plusieurs circonscriptions à la fois, mais ne peut cumuler les sièges en cas de victoires.
              
L'âge minimal des candidats aux législatives est de 25 ans, ce qui exclut Bilawal Bhutto Zardari (fils du président Asif Ali Zardari et de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto) qui n'atteindra l'âge requis qu'en septembre prochain.
              
Au niveau fédéral comme des provinces, le parti ayant obtenu le plus de sièges sera appelé à former un gouvernement s'il est majoritaire. Sinon, il devra procéder à des alliances pour former un gouvernement de coalition.
              
Si le parti arrivé en tête ne parvient pas à rassembler la majorité par le jeu des alliances, ce sera alors au second parti, ou groupe parlementaire, de prouver qu'il peut le faire. Le Premier ministre sera issu du parti majoritaire ou de la coalition.
              
Une fois les gouvernements national et provinciaux constitués, un "collège électoral", formé des membres des assemblées provinciales et du parlement fédéral, devra élire pendant l'été le président du pays, qui entamera son mandat début septembre, au terme de celui de l'actuel chef de l'Etat.

AFP

Première publication : 09/05/2013

  • PAKISTAN

    La violente chute de l'opposant Imran Khan met un coup d’arrêt à la campagne

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Visés par les Taliban, les candidats laïcs font campagne sur le Web

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Un attentat contre un parti laïc fait plusieurs morts à Karachi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)