Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Cleveland : Ariel Castro se qualifiait de "prédateur sexuel" selon les médias américains

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 09/05/2013

Selon les médias locaux, Ariel Castro, qui a comparu devant un juge de l'Ohio jeudi pour l'enlèvement et la séquestration de trois jeunes Américaines, a affirmé dans une lettre datant de 2004 "Je suis un prédateur sexuel. J'ai besoin d'aide".

Menotté, les yeux rivés vers le sol, le chauffeur de bus au chômage de 52 ans, soupçonné d’avoir séquestré et violé trois jeunes Américaines dans sa maison de Cleveland, n'a pas prononcé un mot durant sa comparution devant le tribunal de la ville. Le juge, qui lui a notifié ses chefs d'inculpation, quatre pour enlèvement et trois pour viol, a fixé une caution de deux millions de dollars pour chaque cas, soit huit millions de dollars au total, s'assurant ainsi du maintien du suspect en détention. Selon Kathleen DeMetz, avocate commise d'office d'Ariel Castro, il devait être placé sous surveillance particulière pour éviter toute tentative de suicide.

"Prédateur sexuel"

Par ailleurs, certains médias ont révélé l'existence de notes qui auraient été produites par l'accusé, sans que la police ne confirme ces allégations.

Selon les médias locaux, l’homme se qualifiait lui-même de "prédateur sexuel" ayant besoin d'aide, dans une note datant de 2004. En effet, d'après le compte Twitter du journaliste Scott Taylor, de la télévision locale WOIO, une note a été découverte, parmi des dizaines d'autres preuves recueillies par la police en fouillant sa maison, sur laquelle on peut lire, "Je suis un prédateur sexuel. J'ai besoin d'aide", rapporte le journaliste.

Dans une apparente référence aux victimes, la note indique : "Elles sont ici contre leur volonté parce qu'elles ont commis l'erreur de monter dans la voiture d'un total étranger". "Je ne sais pas pourquoi j'en cherche une autre, j'en ai déjà deux".

Selon Scott Taylor, le suspect avait écrit qu'il voulait se suicider et "donner toutes [ses] économies à [ses] victimes". Le chef de la police de Cleveland Ed Tomba a paru confirmer l'existence de cette note lors d'une conférence de presse mercredi."Je ne peux pas parler de la découverte d'une preuve, il y en a plus de 200 qui ont été recueillies dans la maison de Seymour Avenue, toutes vont être étudiées", a expliqué le chef de la police locale.

Le voile se lève peu à peu sur les conditions de détention

Les conditions de détention de ses victimes continuent d'être divulguées au compte-gouttes.

Selon le chef-adjoint de la police de Cleveland, Ed Tomba, les trois femmes ne seraient sorties de la maison où elles étaient prisonnières qu'à deux brèves reprises, et uniquement pour aller dans le garage après avoir dû se "déguiser".

Le chef de la police Michael McGrath a confirmé qu'"elles étaient attachées" après avoir retrouvé "des chaînes et des cordes dans le couloir". "Elles n'étaient pas dans la même pièce, mais elles se connaissaient et savaient que les autres étaient là", a précisé Ed Tomba, sans confirmer des informations de presse selon lesquelles les jeunes femmes seraient plusieurs fois tombées enceinte.

Un voisin, Roberto Diaz, cité par le Washington Post, affirme qu'Ariel Castro participait à des marches en l'honneur des filles disparues ou à des distributions de tracts.

L'oncle d'Ariel Castro, Julio, raconte cependant que son neveu s'est isolé de la famille après la mort de son père en 2004, année de la disparition de Gina, un an après celle d'Amanda et deux ans après celle de Michelle.

En 2005, l'ancienne femme de Castro, Grimilda Figueroa, décédée l'an dernier, avait porté plainte contre lui, l'accusant d'avoir "souvent enlevé" leurs deux filles et de les avoir "empêchées d'être avec [leur] mère".

Les documents judiciaires indiquent, en outre, que Grimilda Figueroa avait eu deux fois le nez brisé, des côtes cassées, les épaules luxées, et qu'elle avait demandé au juge "d'empêcher [Castro] de menacer de la tuer".

"Un jour joyeux et triste"

Du côté des victimes, la journée de mercredi a été riche en émotion pour Amanda Berry, 27 ans, et Gina DeJesus, 23 ans, qui ont retrouvé leur famille tandis que Michelle Knight, 32 ans, restait hospitalisée à Cleveland. "C'est un jour joyeux et triste aussi pour Amanda car sa maman n'est plus là", a confié une cousine d'Amanda. Louwana Miller est morte en mars 2006 "de chagrin" selon ses proches.

Le visage dissimulé sous un pull à capuche, Gina DeJesus, qui avait été enlevée en 2004, a réintégré la maison familiale dont la façade était décorée avec une multitude de ballons. "Je me pince toujours pour y croire", a déclaré sa mère, Nancy Ruiz, "C'est mon plus beau cadeau de fête des mères" (dimanche aux États-Unis).

Le retentissement de l'affaire est tel que la Première dame a confié mercredi matin que son cœur était "empli de soulagement"."Imaginez d'abord perdre un enfant, puis ne pas savoir s'il est vivant, mort ou blessé, garder espoir pendant dix ans et finalement avoir ses prières exaucées est sûrement le plus beau cadeau de fête des mères", a lancé Michelle Obama.

Les deux frères innocentés

Les deux frères d'Ariel Castro, qui avaient été interpellés en même temps que lui mais contre lesquels aucune charge n'a été retenue dans cette affaire, ont été remis en liberté.
"Ariel a tenu tout le monde à l'écart", a expliqué le chef-adjoint de la police de Cleveland.

Avec dépêches

Première publication : 09/05/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Disparues de Cleveland : seul Ariel Castro inculpé de viols et enlèvements

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les trois Américaines kidnappées vivaient enchaînées

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le sauveur des trois Américaines kidnappées devient la nouvelle coqueluche du Web

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)