Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

Amériques

Reportage : New York célèbre l’art tunisien

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/05/2013

La cinquième édition du Festival nomade de la Fiaf à New York met cette année la Tunisie à l'honneur pour célébrer la francophonie. Un choix qui permet aux Tunisiens d'offrir une nouvelle image de leur pays, deux ans après le Printemps arabe.

Le mois de mai à New York prend des airs de Printemps arabe. La Fiaf (French Institute : Alliance française), a décidé de mettre la Tunisie à l’honneur cette année, dans le cadre de la cinquième édition du Festival nomade qui célèbre la créativité d'artistes tunisiens, deux ans après le Printemps arabe.

Le festival biennal, qui fête traditionnellement les cultures francophones, s'est ouvert ce week-end par un concert de Sonia M'Barek, une des grandes voix tunisiennes, et par une prestation vidéo des chorégraphes Selma et Sofiane Ouissi.

Flânant le long de Park Avenue, la chanteuse Sonia M'Barek se sent bien. "Ici, partout, on sent la curiosité de connaître la musique tunisienne arabe", s’enthousiasme l’artiste. Ce festival est une occasion rêvée pour elle de donner une autre image de la Tunisie et du monde arabe au public américain. "La véritable image ne peut pas être la violence", affirme la jeune femme.

Pendant un mois, les New yorkais vont pouvoir découvrir ce qui fait la culture tunisienne, au delà des clichés. "On ne veut pas venir à New York avec nos traditions berbères', confie Leila Souissi, commissaire d'exposition à FRANCE 24. "On a donc apporté ce que la Tunisie a de plus dynamique, de plus jeune", précise-t-elle.

En dépit de la révolution et de la libération de l’expression, la commissaire rappelle aussi que certains artistes exposés sont menacés de mort chez eux par des mouvements islamistes. Les contradictions de la révolution en Tunise, premier pays à vivre son Printemps arabe en 2011, sont là aussi.
 

Première publication : 09/05/2013

  • MUSIQUE

    Condamné en Tunisie, le rappeur Weld El 15 se cache et "ne cédera pas"

    En savoir plus

  • INTERNET

    La danse du Harlem Shake secoue le monde arabe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)