Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les soldats du califat ?

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

asie

À Dacca, le bilan des victimes de l'édifice effondré dépasse les 1 000 morts

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/05/2013

Le bilan du pire accident industriel au Bangladesh dépasse désormais les 1 000 morts après la découverte de nouveaux corps dans les décombres de l'immeuble abritant des ateliers de confection qui s'est effondré près de Dacca le 24 avril.

La barre des 1 000 morts a été franchie : après 17 jours de recherches, le bilan du pire accident industriel au Bangladesh s'élève désormais à 1 006 morts après la découverte de nouveaux corps dans les décombres de l'immeuble abritant des ateliers de confection qui s'est effondré près de la capitale Dacca le mois dernier. Durant la seule journée du 9 mai, les secouristes, équipés de "grues, bulldozers et excavatrices", ont retiré 130 corps des décombres, a déclaré le capitaine Shahnewaz Zakaria, porte-parole de l'armée.

Certains cadavres, en état de décomposition avancée, n'ont pu être identifiés que grâce au téléphone portable retrouvé dans leur poche ou leur carte d'identité d'ouvrier portée autour du cou. "La plupart des morts sont des femmes, ouvrières dans les ateliers textiles" qui se trouvaient dans le Rana Plaza, le bâtiment effondré. Mais "au moins 150 corps ont été enterrés dans des tombes anonymes, dans un cimetière public, car ils n'ont pas pu être identifiés", a ajouté le capitaine Shahnewaz Zakaria.

Amputations

Les autorités prélèvent des échantillons d'ADN sur les corps en prévision des demandes de compensation. Au moins 2 437 personnes ont été retirées vivantes des décombres, mais un millier ont subi des blessures graves, dont des amputations de membres, effectuées pour libérer les personnes des plaques de ciment et de béton.

Le Rana Plaza, un immeuble de neuf étages qui abritait cinq ateliers de confection, s'est effondré le 24 avril comme un château de cartes après que des ouvriers ont signalé la veille des fissures sur le bâtiment. Plus de 3 000 ouvriers étaient à leur poste au moment du drame.

Une enquête préliminaire menée par le gouvernement a conclu que des vibrations dues notamment à de gros générateurs, mis en marche lors d'une coupure d'électricité, étaient à l'origine de l'effondrement de l'immeuble qui était déjà très fragilisé.

La police a arrêté douze personnes, dont le propriétaire de l'immeuble et quatre propriétaires des ateliers, pour avoir obligé les ouvriers à se rendre à leur poste de travail malgré les fissures apparues sur les murs.

FRANCE 24 avec dépêches
 

Première publication : 10/05/2013

  • BANGLADESH

    Le bilan de l’effondrement de l’immeuble de Dacca continue à s'alourdir

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Dacca ordonne la fermeture de 18 usines après l'effondrement d'un immeuble

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Le bilan de l'effondrement d'un immeuble à Dacca atteint 540 morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)