Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Economie

Pistolet imprimé en 3D : le concepteur dans le viseur du gouvernement américain

© Capture youtube

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 10/05/2013

Après avoir reçu une lettre du gouvernement américain, l'étudiant à l'origine du premier pistolet conçu avec une imprimante 3D a dû retirer les plans accessibles sur son site. Les autorités craignent que des criminels produisent des "armes maison".

C’est par une lettre du département d’État américain que Cody Wilson s’est vu intimer l’ordre, le 9 mai, de retirer de son site le manuel de fabrication du "Liberator". Deux jours plus tôt, cet étudiant texan de 25 ans, fondateur du Defense Distributed, une association pro-armes, avait annoncé avoir réussi à mettre au point le premier pistolet conçu par une imprimante 3D.

Inquiètes de voir les plans de cette invention en accès libre, les autorités ont stipulé au jeune homme qu’il n’avait pas reçu d’agrément lui permettant d’exporter des armes ou des données techniques les concernant. 

Le gouvernement lui a aussi signifié qu’une telle initiative était susceptible de contrevenir à la réglementation américaine contre le trafic d'armes au niveau international (Itar).

"Jusqu'au moment où le Département d'État donnera une autorisation à Defense Distributed selon la législation en vigueur, Defense Distributed doit considérer que ses données sont contrôlées par l'Itar. Cela signifie que toutes les données en accès libre doivent être retirées dès à présent ", peut-on lire dans cette lettre, qui exige également le retrait de neuf autres fichiers concernant des composants d’armes à feu.

À ne pas mettre entre toutes les mains

Le gouvernement américain craint surtout que cet exploit technologique ne tombe entre les mains de criminels ou d’organisations terroristes. Le "Liberator" composé de 16 pièces en plastique et d’un seul élément en métal, le percuteur, a été fabriqué à l’aide d’une simple imprimante 3D, commandée sur Ebay pour 8 000 dollars.

La semaine dernière, des messages, postés sur un forum lié à Al-Qaïda, laissaient ainsi entendre que les djihadistes s’intéressaient de près au projet de fabrication "d'armes maison".

Le premier test du pistolet imprimé en 3D

Propagation des données

Malgré cette réaction des autorités, les fichiers ont déjà fait le tour du Web. Selon Fox News, les plans du Liberator ont été téléchargés plus de 100 000 fois. Même s’ils ont été retirés du site de Defense Distributed, ils sont toujours accessibles sur des plateformes de téléchargement comme Pirate Bay.

Le concepteur Cody Wilson ne s’inquiète d’ailleurs pas outre mesure de la pression exercée par le gouvernement américain. Interrogé par le site BetaBeat, il affirme que "penser qu’on puisse arrêter la diffusion de ces données est vraiment un non-sens par rapport à ce que sera la distribution des technologies dans le futur".

Le jeune homme, qui est considéré comme l’une des 15 personnes les plus dangereuses au monde par le magazine Wired, estime qu’il est dans son bon droit. Fervent défenseur du deuxième amendement de la Constitution qui garantit pour tout citoyen américain le droit de porter des armes, l’étudiant  se définit comme un "crypto-anarchiste". "Oui, il s’agit d’un pistolet. Mais je ne pense pas que cela soit une raison suffisante pour ne pas le diffuser. La liberté est en fin de compte l’intérêt qui prime avant tout", a-t-il résumé au magazine "Forbes".

Première publication : 10/05/2013

  • TECHNOLOGIE

    Baptême du feu réussi pour le premier pistolet imprimé en 3D

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Ces djihadistes qui rêvent d’armes construites à partir d’imprimantes 3D

    En savoir plus

  • INNOVATIONS

    L'imprimante 3D : la machine à fabriquer du chocolat... ou des armes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)