Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

FRANCE

François Hollande évoque "l'impossible réparation" des ravages de l'esclavage

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/05/2013

Citant le poète martiniquais Aimé Césaire, François Hollande a évoqué, lors d'une cérémonie à Paris, "l'impossible réparation" de l'esclavage, "outrage fait par la France à la France". Le président a en revanche prôné le devoir de mémoire.

À l'occasion de la journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions, le président français, François Hollande, a souligné, vendredi 10 mai, depuis les jardins du Luxembourg à Paris, "l'impossible réparation" des ravages de l'esclavage, "outrage fait par la France à la France".

"Le seul choix possible, le plus digne, le plus grand, le plus responsable, c'est celui de la mémoire"

Le chef de l’État a ainsi rejeté l'idée de réparations morales et financières pour les dégâts causés par l'esclavage, réclamées par le Conseil représentatif des associations noires (Cran). 

Cette association a par ailleurs décidé de poursuivre la Caisse des dépôts et consignations en justice pour avoir, selon elle, tiré profit de l'esclavage en recueillant, notamment, la "rançon" imposée à Haïti pour son indépendance.

"Il y aurait une note à payer et ensuite ce serait fini ? Non, ce ne sera jamais réglé'", a tranché François Hollande, faisant référence au poète martiniquais Aimé Césaire, dont le centième anniversaire de la naissance sera célébré cette année.

"L'histoire ne s'efface pas. On ne la gomme pas", a ajouté le président, qui s’exprimait en présence de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, à l'origine de la loi de 2001 reconnaissant l'esclavage comme un crime contre l'humanité. "Elle ne peut faire l'objet de transactions au terme d'une comptabilité qui serait en tous points impossible à établir. Le seul choix possible, le plus digne, le plus grand, le plus responsable, c'est celui de la mémoire, c'est la vigilance, c'est la transmission."

Les associations partagées

"Les gens qui volent n’aiment pas qu’on les accuse et encore moins qu’on leur demande de rendre ce qu’ils ont pris, regrette le président du Cran, Louis-Georges Tin, sur le plateau de FRANCE 24. Il y a pourtant mille et une façons de réparer les choses. Le musée de l’esclavage serait, par exemple, une réparation morale. Nous le voulons, François Hollande s’y refuse." Et d’ajouter : "François Hollande trahit l’esprit même du texte d’Aimé Césaire car ce texte est favorable aux réparations. Ce n’est pas très honnête".

"C'est la paix des mémoires réconciliées qui permettra à la France d'être plus forte"

Plusieurs autres associations ne partagent cependant pas la position du Cran. Serge Romano, président du Comité marche du 23-Mai, qui a notamment aidé de nombreux Antillais à retrouver la trace de leurs ancêtres, dit refuser la "posture de la réparation", qu'il juge "politiquement dangereuse".

"Une fois qu'on aura donné de l'argent, tout sera fini ? Vous serez réhabilité, réparé ? Non, ce n'est pas sérieux et c'est surtout dangereux parce que se baser sur le ressentiment, c'est encore une fois être dans le conflit et ne pas être dans la solution", a-t-il dit à des journalistes.

Même scepticisme du côté du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage. "Que la question des réparations soit posée, je le comprends", a déclaré à Reuters sa présidente Myriam Cottias. "Mais les enjeux sont beaucoup plus de travailler à lutter contre les représentations racialisées, racialisantes des personnes issues de l'esclavage. C'est un enjeu sociétal et politique beaucoup plus important."

Lors de la cérémonie, François Hollande a rappelé la nécessaire lutte contre "toute discrimination, ce poison contre l'égalité". "Si l'esclavage a disparu en France, la haine, le mépris qui l'ont rendu possible sont, eux, toujours là", a-t-il dit, appelant à combattre le racisme "sans répit, sans faiblesse et sans silence".

Analyse des differences entre l'esclavagisme et le colonialisme avec Marcel Dorigny, historien

Avec dépêches

Première publication : 10/05/2013

COMMENTAIRE(S)