Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Afrique

Nairobi demande l'abandon des poursuites de la CPI contre le président Kenyatta

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/05/2013

Le Kenya a demandé au Conseil de sécurité de l'ONU que les accusations de la Cour pénale internationale (CPI) contre le président Uhuru Kenyatta et plusieurs responsables politiques, dont le vice-président, soient abandonnées.

Il s'agit pour Nairobi d'une question de stabilité et de paix dans le pays. Le Kenya a demandé au Conseil de sécurité des Nations unies de faire en sorte que la Cour pénale internationale (CPI) cesse ses poursuite contre le président Uhuru Kenyatta et des responsables politiques.

Ce n'est pas la première fois que le Kenya tente de faire pression sur la communauté internationale pour mettre fin aux poursuites. Mais la requête a quand même surpris le Conseil de sécurité qui a répondu à Nairobi qu'il ne disposait pas des compétences nécessaires pour interdire quoi que ce soit à la CPI. "La lettre des Kenyans est plutôt étrange car ils demandent en fait [...] quelque chose que [le Conseil de sécrité] ne peut pas faire", a commenté un diplomate sous le sceau de l'anonymat.

Vainqueur de l'élection présidentielle du 4 mars, l'actuel chef de l'État, Uhuru Kenyatta, fils du père de l'indépendance Jomo Kenyatta, est accusé par la cour de La Haye d'avoir orchestré les violences à caractère politico-ethnique qui ont éclaté après les élections de 2007 et firent plus de 1 200 morts au Kenya.

Son vice-président William Ruto est également convoqué devant la CPI pour le même chef d'inculpation.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 10/05/2013

  • DIPLOMATIE

    Londres accueille le président kenyan malgré son inculpation par la CPI

    En savoir plus

  • KENYA

    Uhuru Kenyatta prend officiellement ses fonctions de président du Kenya

    En savoir plus

  • KENYA

    Raila Odinga dépose un recours contre sa défaite à la présidentielle

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)