Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Culture

Un opéra de Wagner revisité version nazie crée la polémique

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/05/2013

Le metteur en scène allemand Burkhard Kosminski a mis en scène "Tannhäuser", un opéra romantique de Richard Wagner, dans une version nazie. Des scènes ont carrément provoqué des malaises physiques chez certains spectateurs.

Une production de "Tannhäuser" de Richard Wagner transposant cet opéra romantique à la mode nazie a été retirée de l'affiche, le réalisme de certaines scènes ayant provoqué des malaises, a-t-on appris jeudi auprès de l'opéra de Düsseldorf, dans l'ouest de l'Allemagne.

La direction de l'opéra "était consciente d'emblée" que le concept et la transposition du "Tannhäuser" du metteur en scène Burkhard Kosminski "feraient débat", a expliqué l'établissement dans un communiqué publié sur son site internet.

"Mais c'est avec la plus grande stupeur que nous constatons que certaines scènes, en particulier les scènes très réalistes d'exécution, ont provoqué chez de nombreux spectateurs une réaction visiblement trop importante sur le plan tant physique que psychique, qui les a conduit à consulter un médecin", poursuit la direction.

Elle explique ne pas pouvoir continuer à proposer cette oeuvre dans son intégralité et avoir décidé de ne la présenter à partir de jeudi qu'en version de concert, le metteur en scène ayant refusé d'amender sa création.

Le Venusberg où se déroule l'opéra, symbole dans l'oeuvre de Wagner de l'amour hédoniste, a été transformé en lieu de crime nazi par M. Kosminski, ce qui a provoqué des huées du public au bout de 30 minutes de représentation lors de la première samedi, et le départ de plusieurs spectateurs, choqués.

L'une des scènes incriminées montre une famille se faire déshabiller, raser puis abattre par des sbires nazis, ont rapporté les médias allemands, tandis qu'une autre fait une allusion très imagée aux chambres à gaz -des figurants nus dans des cubes en verre sont lentement happés par un brouillard artificiel-.

Wagner était certes un "antisémite ardent", "mais il n'avait rien à voir avec l'Holocauste", avait réagi auprès de l'agence allemande dpa Michael Szentei-Heise, chef de la communauté juive de Düsseldorf. Il avait jugé l'adaptation "de mauvais goût", sans pour autant réclamer son annulation.

Richard Wagner (1813-1883) est à l'honneur dans le monde entier cette année, qui marque le bicentenaire de sa naissance.

AFP

Première publication : 10/05/2013

  • ALLEMAGNE

    Faut-il continuer à traquer les derniers criminels nazis ?

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Beate Zschäpe, la "fiancée nazie" devant les juges

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    L'inspecteur Derrick était membre de la Waffen-SS

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)