Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

Culture

Un opéra de Wagner revisité version nazie crée la polémique

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/05/2013

Le metteur en scène allemand Burkhard Kosminski a mis en scène "Tannhäuser", un opéra romantique de Richard Wagner, dans une version nazie. Des scènes ont carrément provoqué des malaises physiques chez certains spectateurs.

Une production de "Tannhäuser" de Richard Wagner transposant cet opéra romantique à la mode nazie a été retirée de l'affiche, le réalisme de certaines scènes ayant provoqué des malaises, a-t-on appris jeudi auprès de l'opéra de Düsseldorf, dans l'ouest de l'Allemagne.

La direction de l'opéra "était consciente d'emblée" que le concept et la transposition du "Tannhäuser" du metteur en scène Burkhard Kosminski "feraient débat", a expliqué l'établissement dans un communiqué publié sur son site internet.

"Mais c'est avec la plus grande stupeur que nous constatons que certaines scènes, en particulier les scènes très réalistes d'exécution, ont provoqué chez de nombreux spectateurs une réaction visiblement trop importante sur le plan tant physique que psychique, qui les a conduit à consulter un médecin", poursuit la direction.

Elle explique ne pas pouvoir continuer à proposer cette oeuvre dans son intégralité et avoir décidé de ne la présenter à partir de jeudi qu'en version de concert, le metteur en scène ayant refusé d'amender sa création.

Le Venusberg où se déroule l'opéra, symbole dans l'oeuvre de Wagner de l'amour hédoniste, a été transformé en lieu de crime nazi par M. Kosminski, ce qui a provoqué des huées du public au bout de 30 minutes de représentation lors de la première samedi, et le départ de plusieurs spectateurs, choqués.

L'une des scènes incriminées montre une famille se faire déshabiller, raser puis abattre par des sbires nazis, ont rapporté les médias allemands, tandis qu'une autre fait une allusion très imagée aux chambres à gaz -des figurants nus dans des cubes en verre sont lentement happés par un brouillard artificiel-.

Wagner était certes un "antisémite ardent", "mais il n'avait rien à voir avec l'Holocauste", avait réagi auprès de l'agence allemande dpa Michael Szentei-Heise, chef de la communauté juive de Düsseldorf. Il avait jugé l'adaptation "de mauvais goût", sans pour autant réclamer son annulation.

Richard Wagner (1813-1883) est à l'honneur dans le monde entier cette année, qui marque le bicentenaire de sa naissance.

AFP

Première publication : 10/05/2013

  • ALLEMAGNE

    Faut-il continuer à traquer les derniers criminels nazis ?

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Beate Zschäpe, la "fiancée nazie" devant les juges

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    L'inspecteur Derrick était membre de la Waffen-SS

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)