Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ancien Premier ministre Nawaz Sharif revendique la victoire aux législatives

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/05/2013

L'ancien Premier ministre Nawaz Sharif revendique la victoire de son parti, la Ligue musulmane (PML-N), aux élections législatives organisées samedi au Pakistan. Il a, par ailleurs, invité ses adversaires "à résoudre les problèmes" du pays.

L'ex-Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a revendiqué la victoire et tendu la main à ses rivaux au soir des législatives de samedi au Pakistan, marquées par une forte participation malgré des attaques rebelles qui ont fait au moins 26 morts.

Principale force de l'opposition depuis cinq ans, la Ligue Musulmane (PML-N) de Nawaz Sharif, magnat de l'acier issu de l'élite traditionnelle et déjà deux fois Premier ministre dans les années 1990, était la favorite de ce scrutin.

Elle a, selon les premières estimations, largement devancé le PTI de l'ancienne star du cricket Imran Khan, révélation de la campagne, et son vieux rival du parti du peuple pakistanais (PPP), qui était au pouvoir depuis 2008.

Retour sur les violences qui ont émaillé la journée de vote au Pakistan

Mais elle ne devrait pas atteindre la majorité absolue, et devra dans ce cas s'engager dans des tractations avec les autres partis pour former une coalition.

Nawaz Sharif est venu lui-même annoncer sa victoire à ce scrutin jugé crucial pour la consolidation de la démocratie dans ce pays de 180 millions d'habitants à l'histoire jalonnée de putschs contre des gouvernements civils.

"Nous devons remercier Dieu d'avoir donné à la PML-N une autre chance de servir le Pakistan... Les résultats continuent de tomber, mais nous avons déjà la confirmation que la PML-N va émerger comme le principal parti", a-t-il déclaré à ses partisans réunis dans son fief de Lahore (est).

Cette annonce a été saluée par des scènes de liesse, avec chants et danses, dans les jardins du très chic quartier général du parti.

"Nous voulions que la PML-N revienne au pouvoir, et nous sommes donc très heureux", a déclaré à l'AFP Mohammad Yousuf Khan, un commerçant de 32 ans. "Ils vont faire beaucoup de bien, il vont s'occuper de tout ce qui n'a pas été depuis cinq ans et les réparer: l'insécurité, les pannes d'électricité, le terrorisme, la corruption...", a-t-il souhaité.

Le Mouvement pour la justice (PTI) d'Imran Khan a peu après reconnu la victoire de la PML-N et l'a félicité. Plus de 86 millions d'électeurs étaient appelés à choisir leurs 342 députés à l'Assemblée nationale et leurs représentants dans les quatre assemblées provinciales.

Après dépouillement de près du quart des bulletins de vote, les chaînes pakistanaises pronostiquaient une récolte d'une centaine de sièges, sur 272, pour les troupes de Nawaz Sharif, et l'élection d'une trentaine de députés pour le PTI, et autant pour le PPP du clan Bhutto qui menait la coalition sortante.

"En finir avec le climat de peur"

La performance du PTI est remarquable pour un parti qui n'a été fondé qu'en 1996 et n'a jamais gagné qu'un seul siège, en 2002.

Le parti de M. Khan devrait de plus prendre le pouvoir dans la province de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest), selon plusieurs cadres du parti. Un cas de figure intéressant, car cette région est le bastion des talibans, et qu'Imran Khan a appelé à la fin des opérations militaires et à des négociations avec les rebelles. M. Omar a ajouté que le leader du PTI réagirait dimanche aux élections.

Reportage sur le vote des femmes aux élections législatives
Le scrutin de samedi a été marqué par une très forte participation de "près de 60%", soit le taux le plus élevé depuis 1977 selon des responsables de la commission électorale (ECP). Elle avait été de 44% lors du scrutin de 2008.

La journée était particulièrement chaotique à Karachi (sud), instable mégalopole de 18 millions d'habitants et capitale économique du pays.

Des partis y ont en effet accusé le Muttahida Qaumi Movement (MQM), première force politique de la ville, d'avoir "terrorisé la population et truqué le suffrage". Trois observateurs nationaux ont aussi affirmé avoir été battus par des membres du MQM, autant d'accusations réfutées par ce dernier.

Résultat, les islamistes de la Jamaat-e-Islami (JI) ont annoncé qu'ils boycottaient le scrutin à Karachi et dans plusieurs autres bastions MQM de la région.

Le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), opposés à ces élections jugées "non islamiques", a lui poursuivi samedi sa campagne d'attentats, sans toutefois parvenir à plomber le moral des électeurs ou faire dérailler le processus.

Le TTP a revendiqué en journée un attentat à Karachi ayant fait au moins douze morts et des dizaines de blessés. Dans la soirée, un attentat-suicide, mode opératoire typique des insurgés, a tué deux paramilitaires dans la ville.

D'autres attaques dans le sud-ouest et le nord-ouest, bastion du TTP, ont fait 12 tués et des dizaines de blessés, selon des sources locales, portant ainsi à 26 le nombre de morts dans des attaques.

"Nous avons passé des années à vivre dans la peur des menaces terroristes. Aujourd'hui nous avons pris la décision d'en finir une fois pour toutes avec ce climat de peur", a déclaré à l'AFP Suhail Ahmad, un commerçant de Peshawar, la grande ville du nord-ouest.

AFP

 

Première publication : 11/05/2013

  • PAKISTAN

    Législatives : Nawaz Sharif et Imran Khan élus au Parlement fédéral

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Législatives : fermeture des bureaux de vote, forte participation malgré les attentats

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Législatives au Pakistan : Washington craint l'anti-américanisme des candidats

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)