Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'ex-otage australienne de retour à Ouagadougou affirme vouloir rester au Burkina Faso

En savoir plus

LE DÉBAT

Haïti sans président, un État en déliquescence ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Haïti sans président, un État en déliquescence ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Imany, une chanteuse de cœur

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Iran : que reste-t-il de l’héritage de Khomeini ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : retour à Kasserine, épicentre de la contestation en Tunisie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Liban cherche président... depuis près de deux ans

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Bert Koenders : "Il y a un manque de solidarité entre les Européens à propos des migrants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Brexit" : les Britanniques vont-ils filer à l’anglaise ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Vote sous tension au Pakistan, attentats à Karachi et à Peshawar

© AFP

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/05/2013

Les Pakistanais sont appelés aux urnes, ce samedi, à l'occasion d'élections législatives. Quelques heures seulement après le début du scrutin, des attentats ont frappé Karachi et Peshawar.

Alors que les Pakistanais votent, ce samedi, pour élire leurs députés, un premier attentat visant un candidat laïc a eu lieu à Karachi (sud du pays), faisant au moins 11 morts et des dizaines de blessés, d'après un photographe de l'AFP.

"L'attaque visait un candidat de l'Awami National Party (ANP) qui circulait en voiture", a déclaré à l'AFP un responsable de la police locale, Mazhar Nawaz. L'explosion s'est produite deux heures après l'ouverture du scrutin, alors que le candidat se trouvait entre un bureau de vote et un bureau de son parti.

Peu après, dans le nord-ouest du pays, une autre bombe placée devant un bureau de vote pour femmes à Peshawar a blessé huit personnes, selon des médecins. Une troisième bombe, de puissance moyenne, a ensuite explosé à Mardan, près de Peshawar, blessant quatre personnes.

"Malgré la menace, les gens se sont déplacés pour aller voter"

"La participation est très encourageante. Nous estimons qu'elle est maintenant de 30 % et nous nous attendons à un taux final de près de 60 %", a dit à l'AFP Khurshid Alam, un haut responsable de la commission électorale. Le taux de participation avait été de 44 % lors des dernières élections générales en 2008.

L'ANP laïque, une cible privilégiée

Depuis plusieurs semaines, les violences se multiplient au Pakistan, où ces élections législatives sont cruciales pour la consolidation de la démocratie dans le pays. Pour ce samedi, jour J, les rebelles islamistes Taliban ont annoncé des attaques.

L'ANP, un parti laïque de l'ethnie pachtoune, a été l'une des cibles privilégiées des Taliban pendant la campagne. La rébellion, également d'origine pachtoune, se dispute les faveurs de cette ethnie avec l'ANP, notamment dans le nord-ouest et à Karachi, où elle est très présente.

"On veut se débarrasser de nos dirigeants au pouvoir pendant 5 ans"



Les quelque 70 000 bureaux de vote ont ouvert à 8h (3h GMT) et doivent fermer à 17h locales. Plus de 86 millions de Pakistanais sont appelés à choisir leurs 342 députés de l'Assemblée nationale et leurs représentants dans les quatre assemblées provinciales. Le parti arrivé en tête du scrutin national sera ensuite chargé de former le gouvernement, au besoin en formant une coalition majoritaire.

Ce scrutin est considéré comme historique car il va permettre à un gouvernement civil de passer la main à un autre après avoir terminé un mandat complet de cinq ans, une première dans ce pays créé en 1947 et à l'histoire jalonnée de coups d'État.

Avec dépêches

Première publication : 11/05/2013

  • PAKISTAN

    Nawaz Sharif, le "Lion du Penjab", favori des législatives au Pakistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Législatives au Pakistan : Washington craint l'anti-américanisme des candidats

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Visés par les Taliban, les candidats laïcs font campagne sur le Web

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)