Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

  • En direct : suivez le match PSG - FC Barcelone

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Afrique

Principal allié des islamistes du PJD, l'Istiqlal annonce son retrait du gouvernement

© AFP

Vidéo par Léa-Lisa WESTERHOFF

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/05/2013

L'Istiqlal, le principal allié des islamistes du PJD au pouvoir au Maroc, a annoncé samedi son retrait du gouvernement. Un scénario susceptible de provoquer un remaniement ministériel, voire l'organisation d'élections anticipées.

Le conseil national de l'Istiqlal, parti conservateur et principal allié des islamistes au pouvoir au Maroc, a annoncé samedi son retrait du gouvernement, une décision qui ouvre la voie à un remaniement, voire à des élections anticipées.

L'Istiqlal, qui détient cinq portefeuilles dont ceux de l'Education et de l'Economie, a pris cette décision en raison de l'incapacité du chef du gouvernement, l'islamiste Abdelilah Benkirane, à prendre "en considération la gravité de la situation économique et sociale", selon un communiqué du conseil national du parti.

M. Benkirane, chef du Parti justice et développement (PJD), est également accusé de "monopoliser les décisions au sein du gouvernement".

Interrogé par l'AFP, le porte-parole de l'Istiqlal, Adil Benhamza, a précisé qu'une "note" allait être transmise "au roi Mohammed VI pour expliquer les raisons qui ont poussé notre parti à prendre une telle décision".

"Il revient maintenant au chef du gouvernement, M. Benkirane, de décider des suites à donner à cette décision", a-t-il enchaîné.

Avec 107 sièges sur 395 à la première chambre, l'Istiqlal est la deuxième force politique du royaume après le PJD. Outre ses cinq ministres, il compte parmi ses dirigeants le président du Parlement, Karim Ghellab.

Le chef de ce parti historique de l'indépendance est le maire de Fès (centre), Hamid Chabat, un trublion de la vie politique marocaine qui a multiplié les sorties médiatiques contre le gouvernement Benkirane depuis son élection à la tête de l'Istiqlal en septembre.

Interrogé au cours de la semaine écoulée sur l'attitude de ce turbulent allié, M. Benkirane avait assuré qu'il ne se souciait "guère" des rumeurs de remaniement, selon le quotidien arabophone Al-Ahdath Al-Maghribia, ajoutant que le PJD ne craignait pas la perspective d'un départ de l'Istiqlal.

Cantonné dans l'opposition pendant des décennies, les islamistes du PJD ont remporté un succès historique aux législatives de fin 2011. Ne disposant toutefois pas de la majorité, ils ont dû composer une coalition hétéroclite au sein de laquelle figure l'Istiqlal mais aussi le Mouvement populaire (MP) et le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS).

S'ils veulent éviter de nouvelles élections, les islamistes vont donc devoir trouver de nouveaux alliés pour combler le départ de l'Istiqlal.

Le succès électoral du PJD il y a un an et demi, peu après l'adoption d'une nouvelle Constitution censée renforcer les pouvoirs du gouvernement, avait soulevé un vent d'espoir au sein de la population, dans le contexte du Printemps arabe.

Mais le Maroc, pays de près de 35 millions d'habitants, reste confronté à une situation économique et sociale délicate, malgré un solide taux de croissance. Le déficit public a atteint plus de 7% du PIB l'an dernier et les grandes réformes sociales (retraites, subvention de produits de grande consommation...) se font attendre.

Dans son communiqué, l'Istiqlal avance que sa décision intervient alors qu'il a "alerté le gouvernement sur plusieurs erreurs concernant la gestion de problèmes stratégiques" du pays.

AFP

Première publication : 11/05/2013

  • MAROC

    À Rabat, Hollande salue les "pas décisifs" du Maroc vers la démocratie

    En savoir plus

  • MAROC

    Hollande en visite d’État au Maroc pour resserrer les liens économiques

    En savoir plus

  • MAROC

    MSF dénonce les violences contre les clandestins bloqués au Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)