Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

FRANCE

Christiane Taubira veut rendre des terres aux descendants d’esclaves

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/05/2013

La ministre de la Justice, qui est à l'origine de la loi de 2001 faisant de l'esclavage un crime contre l'humanité, envisage désormais la mise en place de "politiques foncières" pour réparer les "confiscations" de terres outre-mer.

Il ne s’agit pas d’une compensation financière mais seulement d’une "politique foncière". La ministre de la Justice, Christiane Taubira, appelle ce dimanche, dans une interview accordée au "Journal du Dimanche", à corriger les "confiscations des terres" dans les territoires d’outre-mer durant la période de l’esclavage.

"D’une façon générale, les descendants d'esclaves n'ont guère accès au foncier", rappelle la ministre de la Justice, à l'origine de la loi de 2001 qui reconnaît l'esclavage comme un crime contre l'humanité. "Il faudrait donc envisager, sans ouvrir de guerre civile, des remembrements fonciers, des politiques foncières. Il y a des choses à mettre en place sans expropriation, en expliquant très clairement quel est le sens d'une action publique qui consisterait à acheter des terres", affirme Christiane Taubira.

Mais cette politique est difficile à mettre en place, explique la ministre de la Justice, du fait qu'il n'y a pas d'harmonie dans la propriété du foncier dans les collectivités d’outre-mer. Loin de là. "En Guyane, l'État avait accaparé le foncier, donc là, c'est plus facile. Aux Antilles, c'est surtout les descendants des 'maîtres' qui ont conservé les terres, donc cela reste plus délicat à mettre en œuvre", reconnaît-elle.

Pas de compensation financière

Christiane Taubira a, en revanche, pris ses distances avec la demande de compensation financière de l’esclavage réitérée vendredi 10 mai par le Conseil représentatif des associations noires (Cran) à l'occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions. L’association a ainsi annoncé qu’elle assignait en justice la Caisse des dépôts (CDC) pour avoir tiré profit de la traite négrière.

"Je sais qu'il y a des demandes de compensation financière, mais c'est un débat dans lequel je n'ai jamais souhaité m'inscrire", ajoute-t-elle, précisant qu'elle maintient, "à cet égard, une position constante depuis une quinzaine d'années".

Une demande également rejetée par le président François Hollande, vendredi, lors d’une cérémonie organisée dans les jardins du Luxembourg, à Paris. Soulignant "l'impossible réparation" des ravages de l'esclavage, un "outrage fait par la France à la France", le chef de l’État a rappelé qu’il ne pouvait faire "l'objet de transactions au terme d'une comptabilité qui serait en tous points impossible à établir". "Le seul choix possible, le plus digne, le plus grand, le plus responsable, c'est celui de la mémoire, c'est la vigilance, c'est la transmission", a-t-il insisté.

Avec dépêches

Première publication : 12/05/2013

  • FRANCE

    Esclavage : le Cran dénonce "les promesses bafouées" par le gouvernement français

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande évoque "l'impossible réparation" des ravages de l'esclavage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)