Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

FRANCE

Christiane Taubira veut rendre des terres aux descendants d’esclaves

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/05/2013

La ministre de la Justice, qui est à l'origine de la loi de 2001 faisant de l'esclavage un crime contre l'humanité, envisage désormais la mise en place de "politiques foncières" pour réparer les "confiscations" de terres outre-mer.

Il ne s’agit pas d’une compensation financière mais seulement d’une "politique foncière". La ministre de la Justice, Christiane Taubira, appelle ce dimanche, dans une interview accordée au "Journal du Dimanche", à corriger les "confiscations des terres" dans les territoires d’outre-mer durant la période de l’esclavage.

"D’une façon générale, les descendants d'esclaves n'ont guère accès au foncier", rappelle la ministre de la Justice, à l'origine de la loi de 2001 qui reconnaît l'esclavage comme un crime contre l'humanité. "Il faudrait donc envisager, sans ouvrir de guerre civile, des remembrements fonciers, des politiques foncières. Il y a des choses à mettre en place sans expropriation, en expliquant très clairement quel est le sens d'une action publique qui consisterait à acheter des terres", affirme Christiane Taubira.

Mais cette politique est difficile à mettre en place, explique la ministre de la Justice, du fait qu'il n'y a pas d'harmonie dans la propriété du foncier dans les collectivités d’outre-mer. Loin de là. "En Guyane, l'État avait accaparé le foncier, donc là, c'est plus facile. Aux Antilles, c'est surtout les descendants des 'maîtres' qui ont conservé les terres, donc cela reste plus délicat à mettre en œuvre", reconnaît-elle.

Pas de compensation financière

Christiane Taubira a, en revanche, pris ses distances avec la demande de compensation financière de l’esclavage réitérée vendredi 10 mai par le Conseil représentatif des associations noires (Cran) à l'occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions. L’association a ainsi annoncé qu’elle assignait en justice la Caisse des dépôts (CDC) pour avoir tiré profit de la traite négrière.

"Je sais qu'il y a des demandes de compensation financière, mais c'est un débat dans lequel je n'ai jamais souhaité m'inscrire", ajoute-t-elle, précisant qu'elle maintient, "à cet égard, une position constante depuis une quinzaine d'années".

Une demande également rejetée par le président François Hollande, vendredi, lors d’une cérémonie organisée dans les jardins du Luxembourg, à Paris. Soulignant "l'impossible réparation" des ravages de l'esclavage, un "outrage fait par la France à la France", le chef de l’État a rappelé qu’il ne pouvait faire "l'objet de transactions au terme d'une comptabilité qui serait en tous points impossible à établir". "Le seul choix possible, le plus digne, le plus grand, le plus responsable, c'est celui de la mémoire, c'est la vigilance, c'est la transmission", a-t-il insisté.

Avec dépêches

Première publication : 12/05/2013

  • FRANCE

    Esclavage : le Cran dénonce "les promesses bafouées" par le gouvernement français

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande évoque "l'impossible réparation" des ravages de l'esclavage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)