Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Crise grecque : l'Europe dans la tourmente

En savoir plus

POLITIQUE

Terrorisme : quelles réponses face à la menace ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les druzes pris dans le tourbillon de la guerre en Syrie

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Crise grecque : la France et l'Allemagne auraient dû montrer l'exemple, selon Jean-Dominique Giuliani

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"À l'affiche !" à Paris : de la Préhistoire au musée du Louvre

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : Boko Haram, fléau du Nigeria

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

DSK, son retour en 2017 est-il possible ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L'organisation de "l'État islamique s'étend et se consolide dans des espaces abandonnés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls veut fermer des mosquées salafistes

En savoir plus

Afrique

Fin du siège de deux ministères par des hommes armés à Tripoli

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/05/2013

À la suite d'un accord passé avec le gouvernement, les hommes armés qui encerclaient les ministères des Affaires étrangères et de la Justice depuis deux semaines ont levé le siège des deux bâtiments, a-t-on appris ce dimanche.

Les hommes armés présents depuis près de deux semaines devant les ministères des Affaires étrangères et de la Justice dans la capitale libyenne ont levé le siège.

Les miliciens "ont remis les deux ministères à un comité formé par le gouvernement et le Congrès général national (CGN) puis ont quitté les lieux", a déclaré le ministre de Justice, Salah al-Marghani. "Les institutions de l'État ne doivent pas être touchées. J'espère qu'on a bien appris la leçon", a-t-il ajouté.

Mercredi 8 mai déjà, les miliciens avaient retiré leurs véhicules armés des abords des ministères des Affaires étrangères et de la Justice, tout en poursuivant le siège des deux bâtiments.

Complaisance envers les ex-kadhafistes

Ils réclamaient initialement une loi bannissant de la vie politique les anciens responsables et collaborateurs du régime de Mouammar Kadhafi. Mais après l'adoption de cette loi controversée par le CGN, la plus haute autorité du pays, ils ont annoncé qu'ils voulaient aussi le départ du chef du gouvernement, Ali Zeidan, accusé de complaisance envers les anciens kadhafistes.

"Nous sommes parvenus à un accord avec le CGN et le gouvernement pour lever le siège des deux ministères", a confirmé à l'AFP Adel al-Gharyani, porte-parole des protestataires. Selon lui ,"les bâtiments ont été remis aux autorités (...) et ce sont des unités relevant du ministère de l'Intérieur qui ont pris en charge la protection des bâtiments".

"L'accord porte sur la création d'une commission mixte regroupant les protestataires et des responsables du ministères pour assurer le suivi de la mise en œuvre de la loi de l'exclusion politique sous la supervision du CGN, a-t-il détaillé. En vertu de cet accord, le ministère empêchera les personnes tombant sous le couperet de cette loi d'accéder au ministère."

Avec dépêches
 

Première publication : 12/05/2013

  • LIBYE

    Sous la pression de milices, le Parlement libyen adopte une loi controversée

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le ministère de la Justice à son tour encerclé par des groupes armés

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le ministère des Affaires étrangères encerclé par des groupes armés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)