Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Alissa J. Rubin : "Les femmes afghanes n'ont pas d'existence en dehors du foyer"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Engie : Sophie Kocher une patronne sous tutelle ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Terrorisme : 5 ans après l’élimination de Ben Laden, quelle est la force de frappe d’Al-Qaïda ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Jean-Marc Janaillac, futur PDG d'Air France-KLM

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Jusqu'à quand va se poursuivre la destruction d'Alep?"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Cédric Klapisch : "Les films français sont des œuvres uniques"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Noël au printemps"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : la justice pourrait relancer la procédure des mandats d'arrêt contre Compaoré et Soro

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba : A Kinshasa, le deuil de tout un peuple

En savoir plus

EUROPE

Le pape François veut "garantir la protection juridique de l'embryon"

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/05/2013

Le pape François a demandé, ce dimanche, à Rome, "une garantie juridique de l'embryon" défendant la "sacralité de la vie humaine" à l'occasion d'une grande marche "pro-vie". C'est la première fois qu'il s'exprime sur ce sujet sensible.

Le pape François a demandé dimanche solennellement "une garantie juridique de l'embryon", "pour protéger tout être humain depuis le premier instant de son existence".

Lors de la prière du Regina Coeli, le pape, qui n'avait jamais parlé de manière explicite de ces sujets sensibles, a aussi défini "la défense de la sacralité de la vie humaine" comme un thème central de "l'année de la foi", qui sera au centre d'une cérémonie au Vatican les 15 et 16 juin.

Le pape a salué les participants à Rome à une grande marche populaire de différentes paroisses et membres d'organisations "pro-life" venus de plusieurs endroits en Europe.

François, dont on connaissait les positions conservatrices sur ces sujets quand il était archevêque de Buenos Aires, a invité à maintenir "vive l'attention de tous sur le thème si important du respect de la vie dès la conception".

Quelques 30.000 personnes (selon les organisateurs) ont défilé dans la matinée, partant du Colisée jusqu'au château Saint-Ange, à quelques mètres du Vatican.

Le pape a évoqué un recueil de signatures actuellement en cours dans les paroisses italiennes pour soutenir l'initiative intitulée "Uno di noi" proposée à l'Union européenne par les mouvements pour la vie.

Il a rendu hommage à cette lutte "pour garantir une protection juridique à l'embryon, protégeant ainsi tout être humain dès le premier instant de son existence".

Le pape a précisé qu'aura lieu au Vatican les 15 et 16 juin la Journée de "l'Evangelium vitae" ("Evangile de la vie"), un "moment particulier pour tous ceux qui ont à coeur la défense de la sacralité de la vie". A cette occasion, il célèbrera une messe sur la place Saint-Pierre.

Le sujet de la défense de la vie -- avortement, euthanasie, bioéthique -- est hautement conflictuel entre l'Eglise catholique et les sociétés d'Occident.

Jean Paul II et Benoît XVI avaient adopté les positions intransigeantes sur ces "valeurs non négociables", positions que reprend sans ambiguïté le pape argentin, qui ne s'était jamais exprimé directement sur ces thèmes depuis qu'il a été élu sur le trône de Pierre.

Pour l'Eglise, la vie étant un don de Dieu, l'avortement et l'euthanasie ne peuvent être en aucune façon admis. Des différences s'expriment ensuite entre théologiens sur la position à adopter vis à vis des personnes qui y recourent, beaucoup de théologiens insistant aujourd'hui sur une attitude de "miséricorde".

AFP

Première publication : 12/05/2013

  • RELIGION

    Le pape François lance la réforme de la Curie

    En savoir plus

  • RELIGION

    Les grands axes du pontificat du pape François se font attendre

    En savoir plus

  • VATICAN

    Pour sa première messe de Pâques, le pape François délivre un message de paix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)