Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

Amériques

Les frères d’Ariel Castro veulent laver leur honneur

© Capture CNN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/05/2013

La chaîne américaine CNN diffuse, ce lundi soir, une interview exclusive de Pedro et Onil Castro, les frères d'Ariel Castro, l'homme inculpé de la séquestration et du viol de trois jeunes femmes pendant une dizaine d'années dans l'Ohio.

Ils ont troqué leur uniforme bleu de prisonniers pour la cravate. Pedro et Onil Castro, les deux frères d’Ariel Castro, inculpé pour la séquestration et le viol de trois jeunes femmes pendant dix ans dans sa maison de Cleveland, dans l’Ohio, ont accordé une interview à CNN pour rétablir leur honneur. Brièvement interpellés le 6 mai et présentés à un juge, ils ont été lavés de tout soupçon mais souhaitent aujourd’hui prendre leurs distances avec leur frère. Extraits de cet entretien exclusif dont l’intégralité sera diffusée ce lundi soir sur la chaîne américaine.

"Si je l'avais su, je l'aurais dit. Que ce soit mon frère ou pas", confie Pedro Castro, 54 ans, en soulignant qu’il craignait désormais le soupçon. "Si j'avais su que mon frère faisait cela, j'aurais appelé dans la minute les flics, parce que c'est pas bien", ajoute-t-il.

"Mais oui, ça va me poursuivre parce que les gens vont croire que Pedro a quelque chose à voir avec cela. Pedro n'a rien à voir avec ça, insiste-t-il encore. Il n'y a aucune raison de croire que je puisse faire quelque chose comme ça. Ça choque tous mes amis. Ils ne pouvaient pas le croire."

"Si je l'avais su, je l'aurais dit"

Onil "n’a rien à voir avec ça"

Prenant à témoin la communauté portoricaine et tous les Américains, Onil, le plus jeune frère, aujourd'hui victime de nombreuses menaces, affirme qu’il est apprécié. "Les gens qui me connaissent savent qu'Onil Castro n'est pas cette personne et n'a rien à voir avec ça. Je suis une personne, un individu qu'on aime beaucoup. Je n'ai jamais eu d'ennemis. Il n'y a aucune raison de penser que j'aurais fait quelque chose comme ça", renchérit-il.

Cette défense que les deux frères avaient déjà mise en avant lors de leur comparution devant le juge, le 15 mai, avait permis au chef adjoint de la police de Cleveland, Ed Tomba, de les blanchir totalement. Et ce malgré des délits mineurs. "Ariel a tenu tout le monde à l'écart", avait alors expliqué Ed Tomba.

Ariel Castro, un ancien chauffeur de bus scolaire de 52 ans, est donc considéré comme le seul responsable de quatre enlèvements. Trois jeunes femmes et un enfant - Amanda Berry et sa fille de 6 ans, Jocelyn, née en captivité, Gina DeJesus et Michelle Knight - ont été libérées, le 6 mai, après qu’Amanda Berry a réussi à alerter un voisin.

Leur découverte a relancé les recherches d'autres disparues. Le 10 mai, le FBI a lancé un appel à témoins concernant deux autres adolescentes disparues dans la même ville : Christina Adkins, que l'on n'a plus vue depuis 1995, quand elle avait 18 ans, et Ashley Summers, disparue depuis 2007, à l'âge de 14 ans.

Avec dépêches
 

Première publication : 13/05/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Disparues de Cleveland : Ariel Castro est bien le père de la petite fille

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Disparues de Cleveland : peine de mort envisagée contre Ariel Castro

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Cleveland : Ariel Castro se qualifiait de "prédateur sexuel" selon les médias américains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)