Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Economie

Les vieux tuyaux de la NSA pour espionner sur le Net

©

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 13/05/2013

La NSA, l'Agence de sécurité américaine, a mis en ligne le 7 mai un guide pour espionner sur Internet. Destiné au départ aux cyber-agents, ce manuel détaille des méthodes de piratage, mais qui sont aujourd'hui bien dépassées.

Ce document aurait dû rester secret, enfermé à double tour dans les placards de la NSA. Mais suite à une demande fondée sur le Freedom of Information Act (Loi pour la liberté d'information), l’agence américaine de renseignement a dû rendre public un guide consacré à l’espionnage sur Internet.

Ce rapport de 643 pages, intitulé "Démêler la toile : guide des recherches sur Internet" a d’abord été écrit à l’intention des cyber-espions de la NSA pour leur permettre de déterrer de manière légale des informations enfouies sur la toile. "Mon espoir est que ce guide sera en quelque sorte un fil d’Ariane qui, quand vous le déroulerez, vous permettra de trouver votre chemin à travers le Web tout en évitant quelques uns de ses dangers", note l’auteur de ce manuel dans la préface.

Le guide "Démêler la toile : guide des recherches sur Internet"

Devenir un cyber-espion

Les journalistes de "The Wired", qui ont découvert en premier ce document mis en ligne le 7 mai, décrivent les trucs et astuces dévoilés par ce guide pour dénicher des documents confidentiels grâce à l’aide des moteurs de recherche comme Google.

"Disons que vous êtes un cyber-espion de la NSA et que vous cherchez des informations sensibles sur des entreprises sud-africaines. Que faites-vous ?", se demandent les rédacteurs de ce site américain. "Il vous suffit de chercher des documents Excel que l’entreprise a par inadvertance publiés en ligne en tapant sur Google "filetype:xls site:za confidential"", peut-on lire en réponse dans le guide.

Le manuel prend également l’exemple de documents russes remplis de mots de passe. Rien de plus simple pour retrouver leurs traces : "taper "filetype:xls site:ru login". "Même les sites écrits dans une langue autre que l’anglais utilisent les termes d’identifiant [login], utilisateur [user] et mot de passe [password] en anglais", précise le rapport.

Un manuel déjà obsolète

Malheureusement pour les cyber-agents américains, ces quelques tuyaux sont aujourd’hui largement connus. Comme le note Slate.com, "ce guide qui a été publié en 2007 ne va pas seulement vous faire pleurer sur l’incompétence technologique de notre gouvernement. Encore plus déprimant, il montre comment Internet a changé en l’espace de six petites années."

Le rapport ne fait aussi que très brièvement mention des réseaux sociaux. Lancé en juillet 2006, Twitter n’en était alors qu’à ses balbutiements. Les experts de la NSA donnent aussi quelques conseils qui semblent aujourd’hui particulièrement désuets. Pour se protéger des pirates informatiques, il encourage les agents à se créer des mots de passe "qui ne sont pas composés seulement de lettres, qui font au moins 8 caractères, qui incluent des minuscules et des majuscules, ainsi que des chiffres".

Ce guide de la NSA ne permettra donc pas à un Internaute lambda de se transformer en spécialiste du cyber-renseignement. Faute d’être vraiment très utile, il permet surtout de se rendre compte de la vitesse à laquelle le Web se transforme. Ce qui était pertinent il y a six ans ne l’est désormais plus.

Première publication : 13/05/2013

  • CHINE

    Espionnage informatique : Pékin réfute les accusations du Pentagone

    En savoir plus

  • INTERNET

    Au nom du secret-défense, la DCRI veut censurer une page Wikipédia

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama accuse officiellement Pékin de soutenir des cyberattaques

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)