Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

EUROPE

Obama soutient Cameron sur une renégociation du maintien du Royaume-Uni dans l'UE

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/05/2013

Lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche avec le Premier ministre britannique, Barack Obama a apporté un soutien appuyé à David Cameron sur l’idée de renégocier les conditions de l’appartenance du Royaume-Uni dans l’Union européenne.

Le président américain Barack Obama a apporté lundi un soutien remarqué à David Cameron sur l'idée de renégocier les conditions de l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, alors que le Premier ministre britannique est sous forte pression parlementaire.

"À mon avis, l'idée de base de David est logique : dans une relation très importante, on doit d'abord voir si l'on peut réparer ce qui ne fonctionne pas avant d'envisager une rupture", a déclaré Barack Obama au cours d'une conférence de presse commune avec son hôte à la Maison Blanche.

Le président américain s'est défendu d'intervenir dans les affaires intérieures du Royaume-Uni et a remarqué que "c'est aux Britanniques de prendre des décisions les concernant".

Il a aussi noté que "la participation (du pays) à l'Union européenne constituait une expression de son influence et de son rôle dans le monde, et évidemment d'une relation économique très importante".

La visite de David Cameron à Washington intervient à l'orée d'une semaine qui s'annonce mouvementée pour lui sur le plan politique intérieur : un vote symbolique doit en effet être organisé au Parlement au sujet de l'Union européenne, et une centaine de députés conservateurs eurosceptiques, soit le tiers des effectifs de son parti, pourraient le défier.

En question, l'absence, dans le programme législatif du gouvernement présenté le 8 mai, de projet de loi scellant l'organisation d'un référendum sur le maintien ou la sortie du pays de l'UE. David Cameron a promis une telle consultation à l'horizon 2017, s'il est encore au pouvoir. D'ici là, il souhaite renégocier les conditions d'appartenance du Royaume-Uni à l'Union avant les élections de 2015.

Selon un sondage YouGov publié le 8 mai, 46% des Britanniques veulent une sortie de l'UE, contre 35% qui souhaitent y rester.

"Il n'y aura pas de référendum demain", a expliqué pour sa part M. Cameron lundi. "Cela donnerait aux Britanniques un mauvais choix entre (la sortie de l'UE) et le statu quo, ce dernier n'étant à mon avis pas acceptable".

"Je veux que l'Union européenne change. Je veux que la relation du Royaume-Uni avec l'UE évolue et s'améliore", a-t-il ajouté, en expliquant vouloir préserver l'"intérêt national" de son pays.

"Une fois que ces changements ont été obtenus, mais avant la fin de 2017, est-il dans l'intérêt national de consulter les Britanniques lors d'un référendum en bonne et due forme sur une sortie ou un maintien? Je pense que c'est le cas", a assuré le dirigeant.

"Je sais que David a très activement cherché à obtenir certaines réformes internes à l'Union européenne. Ce sont des négociations difficiles. Beaucoup de pays sont impliqués, je le reconnais", a affirmé pour sa part M. Obama. "Mais tant que nous n'avons pas encore évalué le succès de telles réformes (...) je réserverai mon jugement".

AFP

Première publication : 13/05/2013

  • ROYAUME-UNI

    Municipales britanniques : les anti-Européens réalisent une montée en puissance

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les propos de David Cameron sur l'UE provoquent de vives réactions

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Cameron promet un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)