Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

EUROPE

Affaire du "Rubygate" : six ans de prison requis contre Berlusconi

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/05/2013

Une procureure a requis six ans de prison et l'interdiction d'exercer une fonction publique à vie contre Silvio Berlusconi dans le procès du "Rubygate". L'ex-président du Conseil est accusé d'avoir eu des relations sexuelles avec une mineure.

Nouvel épisode dans le feuilleton des frasques judiciaro-sexuelles de Silvio Berlusconi. Lundi 13 mai, la procureure italienne Ida Boccassini a demandé une peine de six ans ferme pour abus de pouvoir et prostitution de mineure contre l’ancien président du Conseil dans l’affaire du Rubygate - du surnom de cette jeune fille marocaine "Ruby" (ou Karima El Mahroug) qui aurait participé, à l’âge de 17 ans, à des fêtes osées données par le Premier ministre italien dans la villa Arcore, sa résidence privée près de Milan.

"Nous demandons une peine de base de 5 ans pour le premier chef d'accusation, augmentée à 6 ans pour le deuxième", a déclaré la procureure qui a aussi demandé que le Cavaliere soit interdit à vie d'exercer toute fonction publique.

"Les jeunes femmes invitées dans la résidence privée de celui qui était alors chef du gouvernement faisaient partie d'un système de prostitution mis en place pour la satisfaction sexuelle personnelle de l'accusé Silvio Berlusconi", a déclaré Ida Boccassini dans son réquisitoire.

Berlusconi est jugé depuis avril 2011 pour avoir rémunéré entre janvier et mai 2010 une dizaine de prestations sexuelles à "Ruby" et pour avoir fait pression sur la préfecture de Milan pour la faire libérer après son interpellation pour un vol.

Avec dépêches
 

Première publication : 13/05/2013

  • ITALIE

    La justice rejette le recours des avocats de Berlusconi dans l'affaire du "Rubygate"

    En savoir plus

  • ITALIE

    À peine ouvert, le procès de Berlusconi dans l'affaire du "Rubygate" est reporté

    En savoir plus

  • ITALIE

    Clooney et Ronaldo à l'affiche du procès Rubygate ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)