Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

FRANCE

Ségolène Royal juge nécessaire une restructuration du ministère des Finances

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/05/2013

À l'occasion de la sortie de son dernier livre, "Cette belle idée du courage", l'ex-compagne du chef de l'État multiplie les apparitions dans les médias au cours desquelles elle juge la politique du gouvernement.

À l'occasion de la sortie de son livre "Cette belle idée du courage", Ségolène Royal profite, en ce début de semaine, de ses invitations dans les médias pour distiller quelques conseils aux membres du gouvernement et au président de la République.

La présidente du Conseil régional de Poitou-Charente et vice-présidente de la Banque publique d'investissement (BPI) a ainsi estimé nécessaire, ce lundi, sur France Inter, de "restructurer" Bercy pour mettre fin aux "zizanies entre ministres".

"Il faut y mettre fin et, sans doute - ce n'est pas un secret, le président de la République lui-même l'a laissé entendre -, restructurer ce qu'on appelle Bercy", a suggéré l'ex-candidate à l'Élysée au micro de la radio publique. Bercy reste "le ministère clé vers lequel tous les regards sont tournés pour savoir quelles sont les orientations, les leviers d'action", a expliqué la responsable socialiste qui a, par ailleurs, invité le Premier ministre à travailler dans "un esprit d'équipe".

Ministre ? "Ce n'est pas d'actualité"

Dans un entretien accordé au Monde daté de mardi, l’élue socialiste laisse également entendre qu’un remaniement gouvernemental s’avère nécessaire. "Je pense, par principe, qu'il faut toujours être dans le mouvement, surtout quand il y a l'attente d'un nouveau souffle", explique-t-elle.

Ségolène Royal estime en outre que François Hollande devrait "accélérer". "Beaucoup de choses ont été faites, mais il reste beaucoup de choses à accomplir", a commenté, dimanche soir, sur TF1 l’ex-compagne du chef de l'État.

Pense-t-elle devenir ministre ? Sur ce point, celle-ci estime que "ce n'est pas d'actualité" et entend, pour l’heure, se consacrer, dans une large mesure, à la région Poitou-Charente pour mener à leur terme " les grands chantiers" qui y ont été lancés. "Comme dit Roosevelt : [il faut] faire ce que l'on a à faire, là où l'on est, avec les moyens que l'on a", affirme Ségolène Royal.

"Quoi qu'il en soit, je serai candidate à ma succession à la tête du Conseil régional de Poitou-Charentes" aux régionales de 2015, a-t-elle conclu sur la chaîne de télévision.

Avec dépêches

Première publication : 13/05/2013

  • FRANCE

    Pour NKM, "Ségolène Royal en est à attendre que son ex la nomme quelque part"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pour Ségolène Royal, la BPI n’est pas un lot de consolation

    En savoir plus

  • FRANCE

    Ségolène Royal pressentie à la tête de l’Institut du monde arabe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)