Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Moyen-orient

La situation humanitaire en Syrie se dégrade, l'UE arrive à un "point de rupture"

© AFP / Archives

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/05/2013

La situation humanitaire en Syrie ne cesse d’inquiéter l’Union européenne qui a débloqué une nouvelle tranche d’aide de 65 millions d’euros pour les déplacés syriens. Bruxelles craint que les ONG ne puissent prochainement plus faire face.

Dimanche, la Commission européenne a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme sur la situation humanitaire en Syrie, estimant qu’à moins d’un règlement politique à court terme, les ONG "ne pourr[ont] simplement plus faire face à l’ampleur sans précédent des besoins". "Nous arrivons au point de rupture", a prévenu Kristalina Georgieva, commissaire européenne en charge de la Coopération internationale, de l'Aide humanitaire et de la Réaction aux crises.

Cameron et Obama promettent une aide médicale

Au cours d’une conférence de presse commune ce lundi, le président américain Barack Obama et le Premier ministre britannique David Cameron ont promis d’envoyer de l’aide humanitaire et médicale supplémentaire en Syrie. "Nous aiderons également la Jordanie et le Liban à faire face au flux de réfugiés syriens", a ajouté le chef du gouvernement britannique. Il a par ailleurs estimé que l’embargo sur les armes devait être assoupli et a promis d’envoyer des équipements militaires à certains groupes d’opposition dès l’année prochaine.

Un quart des Syriens ont été contraints de quitter leur domicile. Selon l’ONU, le nombre de déplacés en Syrie dépasse désormais les 4,2 millions, auxquels s’ajoute 1,4 million de personnes réfugiées à l’étranger, principalement au Liban, en Jordanie et en Turquie. Des chiffres qui ne devraient vraisemblablement pas baisser, au vu de l’escalade de violence dans les combats qui opposent les troupes du régime de Bachar al-Assad aux combattants rebelles.

"Plus les atrocités et les combats continuent, plus les gens fuient. Rien n'indique [...] que cela va diminuer", a poursuivi la commissaire européenne, rappelant que 60 % des réfugiés sont âgés de moins de 18 ans. "Cela signifie qu’une génération tout entière risque de devenir [une génération] perdue dans ce conflit. Cela nécessite que la communauté internationale trouve des moyens pour aider les jeunes en Syrie", a-t-elle encore déclaré dans un communiqué de presse.

De la boue jusqu’aux chevilles

À entendre Alfred de Montesquiou, grand reporter à "Paris Match" tout juste rentré d’un long séjour en Syrie, les personnes déplacées, notamment dans des camps syriens, vivent dans des conditions atroces. "La situation humanitaire est vraiment terrible, témoigne-t-il sur l’antenne de FRANCE 24. J’ai visité des dizaines de camps de réfugiés [au cours de ma carrière]. Je n’ai jamais vu de camps de réfugiés comme ceux que j’ai vus en Syrie."

Dans le camp d’Atmé, près de la frontière turque, des milliers de personnes vivent dans un camp avec de la boue jusqu’aux chevilles, sans grand-chose à manger, raconte le journaliste. "La situation] est terrible au point que les gens ont préféré quitter les camps de réfugiés pour retourner dans Alep, c’est-à-dire dans une zone quotidiennement bombardée", poursuit-il.

Le "bouton d'Alep"

"Dans Alep, il y a un peu plus de nourriture qu’avant parce que la route vers la Turquie est ouverte. Mais les conditions sanitaires sont très mauvaises et de nombreux enfants ont des espèces de boutons horribles sur le visage. […] On appelle ça le bouton d’Alep, maintenant." Il s’agit en fait de la leishmaniose, une infection due à un parasite. Les médicaments nécessaires à son traitement sont difficiles à trouver à Alep, comme nombre de médicaments basiques.

Une situation catastrophique qui alarme la commissaire européenne en charge de la Coopération internationale. "Nous devons puiser dans nos poches, a-t-elle estimé. Car le pire reste encore à venir. La crise est au-delà de la réponse humanitaire. Nous devons faire plus et mieux." À ce titre, la Commission européenne a annoncé avoir débloqué 65 millions d’euros supplémentaires destinés à venir en aide aux 4,2 millions de déplacés à l’intérieur du territoire syrien et à aider les pays voisins pour l’accueil des réfugiés.


 

Première publication : 13/05/2013

  • SYRIE

    Plus de 80 000 Syriens tués depuis le début du conflit, selon l'OSDH

    En savoir plus

  • SYRIE

    Libération des quatre Casques bleus enlevés près du plateau du Golan

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Au moins quarante morts dans un double attentat, Ankara soupçonne la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)