Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

  • La France place l'économie au cœur de sa diplomatie

    En savoir plus

FRANCE

Carlos, 63 ans, terroriste "né à Caracas actuellement logé aux frais de l'État français"

©

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 13/05/2013

Rejugé devant la Cour d'assises spéciale d'appel de Paris pour quatre attentats perpétrés en France en 1982 et 1983, le terroriste vénézuélien Carlos a multiplié sarcasmes et provocations au premier jour de son procès. Reportage.

Tout sourire, Carlos, l’un des terroristes les plus recherchés des années 1970 et 1980, a fièrement fait son entrée devant la Cour d’assises spéciale d'appel de Paris, ce lundi 13 mai. "Je m’appelle Ilich Ramirez Sanchez. Je suis né le 12 octobre 1949 à Caracas. Je suis actuellement logé aux frais de l’État français…" Comprendre : condamné à perpétuité…

En décembre 2011, ce combattant de la cause palestinienne surnommé le "Chacal", reconnu coupable de complicité dans quatre attentats ayant coûté la vie à 11 personnes en France en 1982 et 1983, a écopé de la peine maximale. Une condamnation qui s’ajoutait alors à une première peine de prison à perpétuité, en 1997, pour le meurtre de trois hommes, dont deux policiers.

Me Bernard Ripper, l'avocat de Christa Fröhlich à la sortie de l'audience

"Les traîtres vont payer"

Au début de l’audience, le terroriste âgé de 63 ans, vêtu d’une veste de costume noire, d’une chemise blanche et d’un foulard, n’a pas montré un seul signe de faiblesse face aux parties civiles et à leurs représentants. Et ce malgré l’absence de ses avocats - dont Me Isabelle Coutant-Peyre, qui est aussi sa compagne, et Me Francis Vuillemin. Le "Chacal" a en effet "interdit" à ses deux avocats d’assister au procès, qui est, selon lui, un procès à perte pour sa défense. "Ma défense se trouve dans une situation terrible : elle n’est plus payée par l’État vénézuélien. Des fonctionnaires haut placés au Venezuela, et notamment l’ambassadeur vénézuélien en France, l’ont sabotée", a-t-il expliqué avec un fort accent sud-américain.

"Les traîtres vont payer et, quand je dis cela, je ne parle pas d’argent, ils vont payer de leur sang", a prévenu Carlos, torse bombé et poing serré.

Du mythe au "ballon de baudruche"

Le "Chacal" s’est toutefois vu attribuer, à sa demande, deux avocats commis d’office, qui l'assisteront à toutes les audiences, pour que le procès puisse avoir lieu. "Une blonde, une brune ?", a-t-il plaisanté sur un ton sarcastique à leur propos. Une saillie que n'a guère goûté le président du tribunal, qui lui a donné un premier avertissement, avant de le rappeler à l'ordre à plusieurs reprises. Quand il n’adoptait pas une attitude nonchalante, les mains enfouies dans les poches de son pantalon, Carlos n'a cessé, en effet, d'interpeller les magistrats ou l’avocat général par leur patronyme, leur lançant : "Je veux connaître vos noms à tous", menaçant.

Des provocations habituelles de la part de Carlos. Peu avant le début de l’audience, Me Francis Szpiner, avocat de plusieurs victimes, confiait ainsi, peu impressionné : "Nous allons encore avoir droit à une oraison funèbre de Kadhafi ou autres. Mais, désormais, le masque de Carlos est tombé. C’était un mythe, c’est désormais un ballon de baudruche qui se dégonfle de manière pathétique."

Six semaines à perdre

Malgré son attitude offensive, Carlos avoue ne pas attendre grand-chose de ce procès, si ce n’est l’acquittement de Christa Frohlich - absente du tribunal -, une Allemande de 70 ans qu'il présente comme une amie rejugée pour un attentat après avoir été acquittée en première instance en 2011.

Pour l’avocat de cette dernière d’ailleurs, il n’y a pas de suspense en ce qui concerne Carlos. "Je vais vous le donner, moi, le verdict : perpétuité. Nous sommes là pour perdre six semaines", a déclaré Me Bernard Ripper, avant de préciser que ce laps de temps permettra au moins à Carlos de bénéficier d’une tribune.

Le verdict est attendu le 26 juin.
 

Première publication : 13/05/2013

  • FRANCE

    Condamné à perpétuité, Carlos annonce son intention de faire appel

    En savoir plus

  • FRANCE

    Carlos étale ses paradoxes aux assises de Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Carlos, figure du terrorisme international, de retour aux assises

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)