Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

FRANCE

PSG : L'UMP se déchaîne contre le gouvernement après les violences

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/05/2013

Suite aux violences qui ont émaillé la remise du titre de champion de France au PSG, l'opposition met en cause le gouvernement. Elle lui reproche notamment d'avoir usé de la force contre la "Manifestation pour tous" mais pas contre les casseurs.

Après les affrontements qui sont survenus au Trocadéro lundi 3 mai entre les policiers et des supporters du PSG, plusieurs responsables de l’UMP accusent le gouvernement et dénoncent son incapacité à gérer un tel événement. Les incidents, qui ont lieu lors de la remise du trophée de champion de France à l'équipe du Paris Saint-Germain, ont fait 32 blessés et entraîné l'interpellation de 39 personnes, dont 38 ont été placées en garde à vue. Au cours de ces violences, de nombreux commerces ont été saccagés et pillés. Des voitures ainsi que des abribus et du mobilier urbain ont également été endommagés.

Claude Goasguen, le député-maire du XVIe arrondissement de Paris où se sont déroulés les débordements, a été le premier à lancer la charge. Dans un communiqué, il accuse directement le ministre de l’Intérieur Manuel Valls d’avoir fait preuve "d’amateurisme" et "d’inertie" face aux casseurs. Pour l'UMP, les 800 policiers mobilisés n'étaient pas suffisants.

"Il n’était pas compliqué de prévoir dans l’après-midi que des bandes venaient pour casser", a souligné le député, fustigeant "l’incapacité du ministre" et mettant aussi en cause la responsabilité du préfet de police de Paris.

Appel à la démission de Manuel Valls

Jean-François Copé a d'ailleurs demandé la démission de ce dernier dans une déclaration à la presse : "Je ne vois pas comment le préfet de police, qui n'en est pas à son premier échec, peut être maintenu dans ses fonctions". Le président de l'UMP a aussi poser la question du départ de Manuel Valls du gouvernement si le préfet de police n'est pas démis.

En réponse à ces accusations, le ministre de l’Intérieur a assuré qu'il ne quitterait pas son poste: "Je compte poursuivre ma mission", a-t-il affirmé lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. "C'est en contestant l'autorité légitime, celle du préfet de police, celle du gouvernement, que vous pensez servir la République ? C'est en mettant en cause les forces de l'ordre, leur travail et leur sang-froid que vous comptez faire respecter l'ordre public ?", a-t-il ajouté en s’adressant aux députés de l’opposition.

Le ministre de l’Intérieur a affirmé qu’il avait demandé au préfet de lui fournir tous les éléments pour comprendre la cause de ces débordements. Selon lui, ces violences montrent surtout les dérives du football : "Il est vrai [...] que le football, et en particulier le football à Paris, est malade et nous devons, là aussi, en tirer les conséquences".

La réaction de Manuel Valls

Plus tôt, d'autres responsables de l'opposition ont dénoncé la mauvaise gestion de ce rassemblement, comme l’ancienne ministre Nadine Morano sur son compte Twitter. Dans un message, elle affirme que "Valls n’aurait pas dû autoriser la fête sur le Trocadéro s’il n’était pas capable d’assurer la sécurité ! C’est sa responsabilité".

L'ancien président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer a même demandé la création d'une commission d'enquête.

Certains cadres de l’UMP ont également comparé la réaction des forces de l’ordre face aux casseurs à celles qu’ils ont eu lors des débordements de la "Manif pour tous" où des manifestants avaient reçu des gaz lacrymogènes. "Manuel Valls montre ainsi progressivement son vrai visage : celui d'un ministre partisan, sévère avec les familles lorsqu'elles sont de droite, inerte avec les délinquants protégés par la culture de l'excuse de la gauche", s’est ainsi emporté le secrétaire général adjoint de l’UMP Geoffroy Didier dans un communiqué.

D’autres fervents opposants au mariage pour tous ont également trouvé l’occasion de s’en prendre en gouvernement. Le député de l’Oise Jean-François Mancel affirme sur Twitter que "Le gouvernement est plus fort pour réprimer les manifs contre le mariage pour tous que pour protéger la fête du PSG".

Le FN dénonce "les racailles et les barbares"

Ces réactions ont également suscité quelques dérapages. Le député UMP du Var Jean-Sébastien Vialatte a créé la polémique en faisant sur Twitter une comparaison douteuse : "Les casseurs sont sûrement des descendants d'esclaves, ils ont des excuses Taubira va leur donner des compensations", a-t-il écrit en faisant référence aux propos de la ministre de la Justice qui se dit favorable à "une politique foncière" pour réparer les "confiscations" de terres outre-mer.

Le député a rapidement effacé ce message, mais il a été diffusé malgré tout sur les réseaux sociaux. Interrogé par Europe1, il s’est ensuite excusé : "C'était une énorme connerie, a-t-il indiqué. J'ai fait un amalgame stupide entre deux choses. D'un côté la proposition de madame Taubira sur le dédommagement des descendants d'esclaves et, de l'autre, cette tendance à toujours trouver des excuses aux casseurs. Je le regrette".

Le message effacé par le député Jean-Sébastien Vialatte


L’extrême droite n’a pas non plus manqué de s’attaquer au gouvernement après ces incidents. Selon le FN, qui a réagi dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur aurait dû interdire la fête "au vu des débordements de la veille [21 personnes ont été interpellées dans la nuit de dimanche à lundi après des incidents sur les Champs-Elysées, où des centaines de supporters du PSG étaient venus fêter le titre, NDLR]".

"Le problème de ce ministre de l’Intérieur, c’est que comme ses tristes prédécesseurs de l’UMP, il cultive un véritable laxisme d’Etat. […] Marine Le Pen appelle à un sursaut face à cette gangrène : il faut sévir et appliquer la tolérance zéro contre ces racailles qui se croient tout permis sur notre territoire", peut-on lire sur le site du FN. Pour la présidente du parti, il s’agit de "déferlements de racailles" et de "barbares qui n’ont rien à voir avec les supporters du club sportif".

Première publication : 14/05/2013

COMMENTAIRE(S)