Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Amériques

Des groupes Tea Party ciblés à dessein par le fisc américain, Obama dénonce un "scandale"

© Copie d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/05/2013

Un scandale agite les États-Unis depuis plusieurs jours. Le fisc américain a reconnu avoir mené des enquêtes approfondies ciblant spécifiquement des associations néo-conservatrices. Lundi, Barack Obama a tenté d’éteindre l’incendie.

"Si des employés de l’IRS [Internal revenue service, le fisc américain, NDLR] ont eu recours au genre de pratiques qui ont été rapportées et ciblaient à dessein des groupes conservateurs, alors c’est scandaleux". Le président américain Barack Obama, visiblement agacé, s’est voulu ferme lundi en répondant à une journaliste, alors qu’il tenait une conférence de presse sur un tout autre sujet avec le Premier ministre britannique David Cameron.

La tempête menaçait depuis plusieurs jours aux États-Unis. Elle a finalement éclaté vendredi 10 mai, quand l’IRS a admis avoir fait une "erreur" et a reconnu avoir commandé des enquêtes particulièrement poussées sur des organisations portant des noms à consonnance conservatrice, incluant des mots comme "Tea Party" - mouvance ultra-conservatrice opposée à l’État fédéral et aux impôts - ou "Patriot", qui souhaitaient bénéficier d’exonérations fiscales.

Une cellule centrale de l’IRS basée à Cincinnati, dans l’Ohio, mais également d’autres centres à Washington et en Californie, sont pointés du doigt. Ces groupes sont souvent de petites associations au budget restreint. Certains ont attendu des mois avant de se voir reconnaître un statut associatif spécifique leur permettant notamment de lever des fonds sans limitation. Et, pour ce faire, ils ont parfois dû fournir la liste de tous leurs donateurs et de leurs membres, ce qui est contraire à la loi.

Obama : "Je n’ai aucune patience pour cela"

Le camp républicain s’est immédiatement saisi du scandale de l’IRS pour attaquer l’administration Obama. Mais l’indignation a également gagné les rangs démocrates. "Les abus des services fiscaux sont un abus de pouvoir scandaleux et une rupture de la confiance du public", a ainsi dénoncé Max Baucus, président démocrate de la commission des Finances au Sénat. "Les services fiscaux doivent se préparer à une enquête complète de la commission des Finances. Les services fiscaux vont désormais être ceux qui sont soumis à un examen complémentaire", a-t-il ajouté.

"Nous allons attendre de connaître les faits et les détails. Mais je n’ai aucune patience pour cela. Je ne le tolèrerai pas et nous ferons en sorte de comprendre ce qu’il s’est passé", a prévenu le chef de l’État américain lundi, rappelant que les services fiscaux sont indépendants du pouvoir politique. Barack Obama, dont le deuxième mandat connaît des débuts pour le moins difficiles, a tenté d’éteindre l’incendie au plus vite alors que plusieurs polémiques éclatent. Car en plus de l’affaire concernant l’IRS, Barack Obama subit par ailleurs des attaques l’accusant d’avoir caché des informations au sujet de l’attentat contre l’ambassade américaine de Benghazi le 11 septembre dernier. Il fait également face à un scandale d’écoutes téléphoniques sur plusieurs journalistes américains.

Première publication : 14/05/2013

  • MÉDIAS

    L’agence de presse AP espionnée par l’administration américaine

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama soutient Cameron sur une renégociation du maintien du Royaume-Uni dans l'UE

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les vieux tuyaux de la NSA pour espionner sur le Net

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)