Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement : une loi qui inquiète

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Budget britannique : to cut or not to cut?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Iran fait la chasse aux coupes de cheveux "sataniques""

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un haut responsable en fuite dénonce un "coup d'État"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'amour fait songer, vivre et croire"

En savoir plus

FOCUS

Finlande : les populistes au gouvernement?

En savoir plus

FRANCE

Législative partielle : confusion autour de la candidature de Jérôme Cahuzac

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/05/2013

L’ex-ministre du Budget, qui n'a pas officialisé sa candidature à sa propre succession à la députation, aurait demandé à son ancien porte-parole de campagne d’être son suppléant, selon ce dernier. Jérôme Cahuzac dément.

Le suspense plane toujours sur le retour en politique de Jérôme Cahuzac. L’ancien ministre du Budget aurait en effet approché un élu pour lui proposer d'être son suppléant en cas de candidature à sa propre succession lors de la législative partielle du 16 et 23 juin dans la 3e circonscription du Lot-et-Garonne, selon une déclaration de l’élu en question.

"Cahuzac ira jusqu'au bout"

Daniel Borie, vice-président du conseil général du Lot-et-Garonne et ancien porte-parole de campagne de l'ex-député, aurait décliné l'offre après une semaine de réflexion. Un refus qui ne devrait pas décourager le paria du gouvernement, selon l’élu. Mardi, Daniel Borie s’est en effet dit persuadé à 80 % que Jérôme Cahuzac irait "jusqu'au bout" de sa démarche.

Jérôme Cahuzac est "en capacité de recueillir suffisamment de suffrages pour se maintenir au second tour", a encore déclaré l’élu. "Il est persuadé que s'il gagne la légitimité, de par les voix des électeurs, sa place serait tout naturellement retrouvée à l'Assemblée nationale".

Cahuzac dément

Une version démentie par l’intéressé qui a affirmé mercredi ne pas avoir sollicité de suppléant potentiel. "Il n'est pas mon porte-parole", a-t-il affirmé à l’AFP en référence à Daniel Borie.

Exclu du Parti socialiste le 9 avril, l'ancien ministre doit décider avant le 24 mai à 18h00 s'il brigue un nouveau mandat, sans étiquette. Ce mercredi, il a rappelé qu’il n’avait toujours pas pris de décision quant à une candidature éventuelle. Le chirurgien plasticien avait pourtant déclaré lors d’un entretien télévisé, le 16 avril, qu'il était "infiniment peu probable" qu'il revienne en politique.

Samedi dernier, Jérôme Cahuzac, tombé en disgrâce après la révélation de l'existence d’un compte bancaire en Suisse, avait effectué une visite inattendue au marché de Villeneuve-sur-Lot, ville dont il a été maire. Cette première apparition publique depuis sa démission du gouvernement le 19 mars a été perçue comme un test de popularité auprès de son électorat.

Par ailleurs, selon une citation du Figaro, Jérôme Cahuzac serait revenu sur son mensonge concernant le compte qu'il possédait à l'étranger, et aurait taclé François Hollande au passage, en confiant peu après sa démission à d’anciens conseillers : "C'est moins grave de mentir pendant quinze secondes devant 577 députés que de mentir depuis un an sur l'état de la France, comme le fait François Hollande…!"

Avec dépêches

Première publication : 15/05/2013

  • FRANCE

    Ayrault juge "pathétiques" les confessions de Cahuzac

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jérôme Cahuzac démissionne de son poste de député

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pierre Moscovici était-il au courant de l'évasion fiscale de Cahuzac ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)