Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : le procès de Germain Katanga reprend à Kinshasa

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Moïse Katumbi sollicite la protection de l'ONU

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Scrutin local au Royaume-Uni : Londres, l'exception travailliste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Course à la Maison Blanche : l'imbattable Donald Trump ?

En savoir plus

TECH 24

Revenu universel : le nouveau cheval de bataille de la Silicon Valley

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Les confidences d’un artisan pipier de Paris

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Richard Berry

En savoir plus

FOCUS

Philippines : l'incroyable retour du clan Marcos, symbole des années noires de la dictature

En savoir plus

#ActuElles

Les femmes dans l’entreprise : Isabelle Kocher, première directrice générale du CAC40

En savoir plus

FRANCE

PSG : après les violences, Jean-Marc Ayrault renouvelle sa confiance à Manuel Valls

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/05/2013

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a apporté son soutien au ministre de l'Intérieur Manuel Valls et au préfet de police de Paris. L'UMP accuse les deux hommes de ne pas avoir su gérer les violences survenues lors du sacre du PSG.

Après les incidents survenus le 13 mai en marge de la célébration du titre du Paris Saint-Germain, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a "renouvelé sa confiance" au ministre de l'Intérieur Manuel Valls et "à travers lui au préfet de police" Bernard Boucault, mis en cause par l’UMP. Dans le cadre du point de situation hebdomadaire avec Manuel Valls, le Premier ministre a tenu, selon un communiqué de Matignon, "à saluer le travail accompli par les forces de police, tant au moment de la manifestation que dans le cadre des enquêtes judiciaires, qui ont déjà conduit à 47 interpellations".

La droite accuse Manuel Valls et Bernard Boucault d'avoir sous-estimé les risques liés à l'organisation de la manifestation sur l'esplanade du Trocadéro. Le 14 mai, Jean-François Copé, président de l'UMP, avait déclaré que la question même du départ de Manuel Valls du gouvernement "sera posée si le préfet de police n'est pas démis".

Commerces saccagés et pillés

Selon Matignon, "un premier enseignement doit être tiré de ce qui s'est passé lundi soir : les organisateurs de manifestations, quel que soit leur objet, doivent prendre toutes les responsabilités qui leur incombent pour qu'elles se déroulent dans le calme et le respect de la loi républicaine". "L'État, quant à lui, a pris et prendra toutes les siennes", assurent les services de Jean-Marc Ayrault. Le Premier ministre a par ailleurs rappelé que "la polémique politique n'est pas de mise lorsqu'est en cause la défense de l'ordre républicain".

Trente-deux personnes ont été blessées dans ces violences. De nombreux commerces ont été saccagés et pillés. Des voitures ainsi que des abribus et du mobilier urbain ont également été endommagés.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 15/05/2013

  • FRANCE

    PSG : L'UMP se déchaîne contre le gouvernement après les violences

    En savoir plus

  • "Paris débordé"

    En savoir plus

  • FOOTBALL – LIGUE 1

    PSG : Manuel Valls annule la présentation du trophée à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)