Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

EUROPE

Un prêtre soupçonné de pédophilie malmène des journalistes de FRANCE 24

© Capture d'écran FRANCE 24.

Vidéo par Tomasz LUBIK , Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/05/2013

Un incident est survenu entre l’équipe de FRANCE 24 en Pologne et un prêtre de Szczecin, dans le nord-est du pays, alors que Gulliver Cragg et son cameraman Tomasz Lubik (photo) l’interrogeaient sur des accusations de pédophilie.

Il ne fait pas bon enquêter sur la pédophilie dans l’Église polonaise. Alors qu'ils tentaient d'interroger un prêtre accusé de pédophilie dans la ville de Szczecin, au nord-est de la Pologne, le correspondant de FRANCE 24 Gulliver Cragg et son cameraman Tomasz Lubik ont été violemment pris à partie par leur interlocuteur.

La scène se passe dans l’une des pièces du presbytère d'une église de Szczecin. Gulliver Cragg et Tomasz Lubik décident d’aller à la rencontre du curé identifié grâce à un témoignage. Ils trouvent alors le prêtre en pleine célébration de l’office, assisté de deux enfants de chœur. Après la messe, les journalistes de FRANCE 24 demandent au prélat s’il souhaite commenter ces accusations.

L’homme d’Église réagit alors avec violence. Affirmant que les journalistes n’ont pas le droit de le filmer, il s'empresse de fermer les portes à clef, empêchant l’équipe de sortir du presbytère. Gulliver Cragg et son caméraman Tomasz Lubik décident alors d’appeler la police mais, ne se sentant pas en sécurité, ils renoncent à attendre l'intervention des forces de l'ordre.

"Laissez-nous sortir"

Les deux journalistes tentent alors de sortir par leurs propres moyens. "Je veux sortir", s’exclame Tomasz Lubik. "C’est un lieu privé !", répond alors le prêtre. "Laissez-nous sortir par l’autre porte alors", insiste encore Gulliver Cragg. Sur les images assez secouées, on voit le prêtre bousculer le caméraman de FRANCE 24 afin de l’empêcher physiquement de sortir. C'est alors qu'il perd ses clefs et que Gulliver Cragg s'en saisit pour ouvrir l'une des portes. "Cours Tomasz, cours !", s’écrie le correspondant de FRANCE 24. Tous deux parviennent alors à s’échapper de l’église.

De retour à Varsovie, le porte-parole de l’épiscopat, le père Juzef Kloch, interrogé sur les accusations de pédophilie contre des membres du clergé, affirme qu’il existe une procédure. " L’ecclésiastique est suspendu de ses fonctions. Il ne peut plus être en contact avec les jeunes et une enquête est ouverte", précise-t-il.

"Ce prêtre continue de travailler avec les enfants"

Pourtant, il y a deux ans, Wojiech, co-fondateur de l’association "N’ayez pas peur" dont le but est de soutenir les victimes d’abus sexuels et d’obliger l’Église à réagir, a déposé une plainte contre le diocèse dont dépend le prêtre qui l'avait violé alors qu'il n'avait qur 9 ans. L'évêché a promis d'enquêter mais le prélat n'a pas été suspendu. "Ce qui me dérange, c’est que ce prêtre continue de travailler avec les enfants. Il les prépare à la première communion. Son évêque sait qu’il a commis de tels actes mais ne l’empêche pas de travailler avec les jeunes", déplore Wojiech.

La pédophilie dans l’Église reste en effet un sujet tabou en Pologne. Peu de médias enquêtent sur le sujet et la plupart des victimes refusent de parler. Aujourd’hui encore, les fondateurs de l’association préfèrent raconter leur histoire en gardant l’anonymat. "J’ai été violé et je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. J’avais 13 ans et je ne savais même pas ce qu’était le sexe", témoigne une victime au micro de FRANCE 24. "Quand j’en ai parlé à mes parents, il m’ont dit que j’avais tout inventé, raconte de son côté Marek, victime d’un prêtre en 1980. Ils m’ont demandé de partir de chez eux."

Ces hommes disent connaître des centaines de cas et accusent l’Église de protéger les prêtres pédophiles. L’association "N’ayez pas peur", la première du genre dans le pays, entend donc changer les choses. "C’est un tournant et un tournant personnel également, souligne Wojciech. Nous avons enfin eu le courage de franchir le cap."

Première publication : 16/05/2013

  • AUTRICHE

    Des centaines de pédophiles sur Internet identifiés

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un évêque américain jugé pour avoir couvert des prêtres pédophiles

    En savoir plus

  • VATICAN

    Victime d'un prêtre pédophile, une Irlandaise expose son cas devant des évêques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)