Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les soldats du califat ?

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

Amériques

L'ex-dictateur argentin Jorge Videla est décédé en prison

© AFP | Jorge Videla

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/05/2013

L'ex-dictateur Jorge Videla est mort à l'âge de 87 ans, vendredi, dans une prison près de Buenos Aires. En 2010, il avait été condamné à la perpétuité pour la répression menée de 1976 à 1981 alors qu'il était à la tête de la junte militaire.

Il était le symbole de la répression sanglante menée durant la "guerre sale" (1976-1983). L'ancien dictateur argentin Jorge Videla est décédé vendredi 17 mai à l’âge de 87 ans. Incarcéré dans une prison près de Buenos Aires, l'ancien général est mort dans sa cellule de la prison de Marcos Paz.

Au pouvoir entre 1976 et 1981, c’est sous son commandement que plusieurs milliers d’Argentins - syndicalistes, guérilleros, hommes politiques, ecclésiastiques, journalistes et universitaires - disparaissent dans d’obscures conditions. En protestation émerge le fameux mouvement des Mères de la Place de Mai qui chaque jeudi depuis lors se réunit devant le Palais présidentiel de Buenos Aires pour réclamer de connaître la vérité. Selon les ONG, le bilan de la répression s'élève à 30 000 morts et disparus.

Condamné par deux fois à la perpétuité pour violations des droits de l'Homme, Jorge Videla a passé ses dernières années dans une prison de la banlieue de Buenos Aires. Il y est décédé de mort naturelle, a indiqué un porte-parole du gouvernement argentin. Sa première condamnation remonte à 1985. Accusé de crimes contre l’humanité, de 66 assassinats, de centaines d'enlèvements et de torture, celui qui fut l’instigateur et le chef du putsch de 1976 écope d’une peine de réclusion à perpétuité.
 
En décembre 1990, il bénéficie du pardon décrété par le président néo-péroniste Carlos Menem (1989-1999) avant d’être à nouveau arrêté en 1998 pour le vol systématique des bébés des prisonnières politiques incarcérées dans les centres de torture secrets de la junte. Les nourrissons étaient ensuite adoptés par des proches du régime.
 
"Jorge Videla a passé sa vie à faire le mal"
 
Assigné à résidence en raison de son âge, il est finalement renvoyé en prison le 10 octobre 2008 où il attend l'issue de plusieurs procès en cours. En 2010, il est condamné une seconde fois à la perpétuité pour crimes contre l’humanité, puis en 2012 il écope d'une peine de 50 ans de prison pour les vols de bébés.
 
"Jorge Videla a passé sa vie à faire le mal, laissant une marque sur la vie du pays", a réagi l'artiste argentin Adolfo Pérez Esquivel, prix Nobel de la paix en 1980 pour son engagement en faveur des droits de l'Homme. "Sa mort met fin à sa présence physique sur Terre, mais pas à ce qu'il a fait au pays."           
 
Jorge Videla est né en 1925 près de Buenos Aires dans une famille d'officiers. Après des études au collège militaire et une carrière classique dans l'infanterie, il est nommé chef d'état-major général de l'armée de Terre puis commandant en chef de l'armée de Terre en août 1975. Le 24 mars 1976, il dirige avec l'amiral Emilio Massera et le brigadier Orlando Agosti le coup d'État qui, sans aucun coup de feu tiré, porte la junte militaire au pouvoir jusqu’en 1983. Le 26 mars, il est nommé président de la République. En mai 1978, le général Videla est reconduit à la tête de l'État jusqu'à fin mars 1981, date à laquelle il est remplacé par le général Roberto Viola.
 
FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 17/05/2013

  • ARGENTINE

    L'ex-dictateur Jorge Videla écope d'une seconde condamnation à la prison à vie

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Les "vols de la mort" au banc des accusés à Buenos Aires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)