Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Les Brésiliens de Mineiro ne veulent pas de Nicolas Anelka

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

Afrique

Ennahda interdit le congrès des salafistes à Kairouan

© AFP

Vidéo par François GOULIN

Dernière modification : 18/05/2013

Le gouvernement a décidé de faire preuve de fermeté en interdisant les djihadistes du groupe Ansar Al-Charia de se rassembler dimanche à Kairouan comme ils le souhaitaient. Depuis la révolution de 2011, les tensions avec les salafistes s'accroissent.

Le week-end s’annonce tendu en Tunisie où Ennahda, le parti islamiste au pouvoir, a officiellement interdit aux djihadistes du groupe radical Ansar Al-Charia de se rassembler comme ils le souhaitaient dimanche 19 mai à Kairouan (centre de la Tunisie). La raison invoquée est "la violation de la loi et la menace que [ce congrès] représente pour la sécurité et l'ordre public", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Plus tôt dans la semaine, Rached Ghannouchi, l'influent chef d'Ennahda, avait déjà prévenu qu'il ne comptait pas laisser les salafistes organiser cet événement car ils n’avaient pas obtenu l’autorisation préalable qu'exige la loi encadrant toute activité publique des partis et associations. "Les autorités doivent appliquer la loi sans distinction, nous soutenons la fermeté du gouvernement à faire appliquer la loi pour tous", avait-il déclaré.

"Nous n'avons pas besoin de l'autorisation du gouvernement"

Mais Ansar Al-Charia est déterminé. "Nous ne demandons pas l'autorisation du gouvernement pour prêcher la parole de Dieu et le mettons en garde contre toute intervention de la police pour empêcher la tenue du congrès", a déclaré jeudi Seifeddine Raïs, le porte-parole du groupe salafiste.

La semaine dernière, la police avait été contrainte d’intervenir pour arracher des tentes à Tunis et dans plusieurs villes de province où les salafistes s'étaient installés sans autorisation pour faire du prosélytisme avant d'être dispersés à l’aide de gaz lacrymogènes.

Ansar Al-Charia , qui dit attendre plus de 40 000 personnes au congrès, a prévenu que "le gouvernement sera responsable de toute goutte de sang qui sera versée".

"Dialogue impossible" entre Ennahda et les salafistes

Jusqu’à présent, la position du leader d'Ennahda consistait à privilégier l’option de la discussion et du consensus mais pour la première fois le recours à la force est envisagé si la situation dimanche l’impose. "Le dialogue n'est pas possible avec ceux qui utilisent les armes et sèment les mines", a-t-il lancé jeudi en référence, notamment, aux djihadistes armés du mont Chaambi, théâtre depuis fin avril d'opérations de ratissage continu, selon les autorités.

Le ministre de l'Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, un indépendant, a menacé quant à lui de poursuivre "toute personne appelant au meurtre, incitant à la haine [...] ou plantant des tentes de prêche", en allusion au dispositif utilisé par les salafistes pour prêcher et diffuser leurs idées.

Ce bras de fer à haut risque entre le gouvernement et les djihadistes intervient alors que la Tunisie est confrontée depuis la révolution de janvier 2011 à la montée de groupuscules salafistes responsables de violences. Une situation qui provoque le mécontentement de l'opposition et de nombreux observateurs accusent Ennahda d'avoir fait preuve de laxisme face à cette mouvance rigoriste de l'islam sunnite.

Inscrit comme ONG, Ansar Al-Charia est née en avril 2011 et ses dirigeants ont bénéficié d'une amnistie générale dans la foulée de la révolution. Son chef, Saif Allah Bin Hussein (Abou Iyadh), un vétéran de l’Afghanistan et ancien combattant d’Al-Qaïda, estime qu’Ennahda mène une politique contraire à l’islam et a menacé récemment de faire la guerre au gouvernement. Saif Allah Bin Hussein est également soupçonné d'être l'organisateur de la violente attaque contre l'ambassade des États-Unis ayant fait quatre morts et des dizaines de blessés le 14 septembre à Tunis.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 17/05/2013

  • TUNISIE

    "Au congrès de Kairouan, les salafistes seront tentés de provoquer Ennahda"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Laurent Fabius en Tunisie pour évoquer la transition démocratique

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunis affirme être aux prises avec des terroristes liés à Al-Qaïda

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)