Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : le médecin américain soigné avec le sérum ZMapp est guéri

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

FRANCE

La France furieuse après le vote de l'ONU sur la Polynésie française

© AFP

Vidéo par Philomène REMY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/05/2013

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté vendredi une résolution qui place la Polynésie française sur la liste des territoires à décoloniser, provoquant la colère de Paris qui dénonce "une ingérence flagrante".

L’ONU s’est attirée les foudres de Paris en adoptant, vendredi 17 mai, une résolution plaçant la Polynésie française sur la liste des territoires à décoloniser, et ce malgré la défaite des indépendantistes aux dernières élections territoriales début mai.

La résolution, présentée par trois petits États du Pacifique (îles Salomon, Nauru, Tuvalu), a été défendue par les indépendantistes polynésiens devant l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Leur argument principal : "le droit inaliénable de la population de la Polynésie française à l'autodétermination et à l'indépendance." Une référence directe à l’article 73 de la Charte des Nations unies relatif aux territoires non autonomes. Cette résolution très symbolique ouvre, en principe, la voie à un référendum sur le statut que souhaitent les Polynésiens vis-à-vis de la métropole.

Outré par la décision de l’ONU, le ministère des Affaires étrangères dénonce "une ingérence flagrante" ainsi qu’"un détournement des objectifs que les Nations unies se sont fixés en matière de décolonisation", a déclaré dans un communiqué Philippe Lalliot, le porte-parole du quai d’Orsay.

Autonomistes contre indépendantistes

Paris fustige également "une absence complète de respect pour les choix démocratiques des Polynésiens", ces derniers s’étant récemment prononcés dans les urnes contre le candidat indépendantiste sortant Oscar Temaru, qui soutient la résolution. C’est sont rival de toujours, l'autonomiste Gaston Flosse, hostile au texte, qui a été élu président de la Polynésie française avec plus de 45% des voix. "Le 21 avril puis le 5 mai, les électeurs polynésiens ont renouvelé, comme tous les cinq ans, leur Assemblée territoriale. Ils ont donné une majorité incontestable aux élus favorables à l'actuel statut d'autonomie", écrit Philippe Lalliot, ajoutant que la France est "déterminée à continuer, avec le gouvernement de Polynésie française, à promouvoir le développement politique, économique et social de la Polynésie française".

Actuellement, la Polynésie française est une collectivité dotée d'une très large autonomie, mais la France conserve ses compétences régaliennes, telles que la sécurité publique ou les relations internationales.

Soutiens européens et américains

À la suite du vote, plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Pays-Bas et les États-Unis, ont tenu à marquer leur désapprobation quant à la résolution et leur soutien à Paris, faisant également valoir la défaite des indépendantistes aux élections territoriales. La France, elle, avait décidé de boycotter l'examen de la résolution, affirmant que "le droit à l'autodétermination ne peut s'exercer contre la volonté des populations concernées".

La liste de l'ONU comprend désormais 17 territoires, qui dépendent pour la plupart du Royaume-Uni (Gibralter, Malouines, Iles Caïmans, Saint-Hélène) ou des États-Unis (Iles vierges, Guam, Samoa américaine).

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 17/05/2013

  • POLYNÉSIE FRANÇAISE

    Gaston Flosse réélu : le"vieux lion" revient malgré les affaires

    En savoir plus

  • POLYNÉSIE FRANÇAISE

    Emplois fictifs : Gaston Flosse condamné à quatre ans de prison ferme

    En savoir plus

  • POLYNÉSIE FRANÇAISE

    L'indépendantiste Oscar Temaru, nouveau président de la collectivité d'outre-mer

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)