Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

  • En direct : démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

FRANCE

La France furieuse après le vote de l'ONU sur la Polynésie française

© AFP

Vidéo par Philomène REMY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/05/2013

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté vendredi une résolution qui place la Polynésie française sur la liste des territoires à décoloniser, provoquant la colère de Paris qui dénonce "une ingérence flagrante".

L’ONU s’est attirée les foudres de Paris en adoptant, vendredi 17 mai, une résolution plaçant la Polynésie française sur la liste des territoires à décoloniser, et ce malgré la défaite des indépendantistes aux dernières élections territoriales début mai.

La résolution, présentée par trois petits États du Pacifique (îles Salomon, Nauru, Tuvalu), a été défendue par les indépendantistes polynésiens devant l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Leur argument principal : "le droit inaliénable de la population de la Polynésie française à l'autodétermination et à l'indépendance." Une référence directe à l’article 73 de la Charte des Nations unies relatif aux territoires non autonomes. Cette résolution très symbolique ouvre, en principe, la voie à un référendum sur le statut que souhaitent les Polynésiens vis-à-vis de la métropole.

Outré par la décision de l’ONU, le ministère des Affaires étrangères dénonce "une ingérence flagrante" ainsi qu’"un détournement des objectifs que les Nations unies se sont fixés en matière de décolonisation", a déclaré dans un communiqué Philippe Lalliot, le porte-parole du quai d’Orsay.

Autonomistes contre indépendantistes

Paris fustige également "une absence complète de respect pour les choix démocratiques des Polynésiens", ces derniers s’étant récemment prononcés dans les urnes contre le candidat indépendantiste sortant Oscar Temaru, qui soutient la résolution. C’est sont rival de toujours, l'autonomiste Gaston Flosse, hostile au texte, qui a été élu président de la Polynésie française avec plus de 45% des voix. "Le 21 avril puis le 5 mai, les électeurs polynésiens ont renouvelé, comme tous les cinq ans, leur Assemblée territoriale. Ils ont donné une majorité incontestable aux élus favorables à l'actuel statut d'autonomie", écrit Philippe Lalliot, ajoutant que la France est "déterminée à continuer, avec le gouvernement de Polynésie française, à promouvoir le développement politique, économique et social de la Polynésie française".

Actuellement, la Polynésie française est une collectivité dotée d'une très large autonomie, mais la France conserve ses compétences régaliennes, telles que la sécurité publique ou les relations internationales.

Soutiens européens et américains

À la suite du vote, plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Pays-Bas et les États-Unis, ont tenu à marquer leur désapprobation quant à la résolution et leur soutien à Paris, faisant également valoir la défaite des indépendantistes aux élections territoriales. La France, elle, avait décidé de boycotter l'examen de la résolution, affirmant que "le droit à l'autodétermination ne peut s'exercer contre la volonté des populations concernées".

La liste de l'ONU comprend désormais 17 territoires, qui dépendent pour la plupart du Royaume-Uni (Gibralter, Malouines, Iles Caïmans, Saint-Hélène) ou des États-Unis (Iles vierges, Guam, Samoa américaine).

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 17/05/2013

  • POLYNÉSIE FRANÇAISE

    Gaston Flosse réélu : le"vieux lion" revient malgré les affaires

    En savoir plus

  • POLYNÉSIE FRANÇAISE

    Emplois fictifs : Gaston Flosse condamné à quatre ans de prison ferme

    En savoir plus

  • POLYNÉSIE FRANÇAISE

    L'indépendantiste Oscar Temaru, nouveau président de la collectivité d'outre-mer

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)