Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Moyen-orient

Vers une partition de la Syrie ?

© AFP

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 18/05/2013

Au Nord et au Sud, certaines zones échappent au contrôle du régime de Bachar al-Assad, qui concentre ses forces sur la protection du territoire qu'il estime "utile". Une fin de la guerre signifiera-t-elle une partition du pays ? Décryptage (1/2).

"Le pays vit déjà une partition"

Plus de deux ans après le début du conflit, la Syrie est totalement métamorphosée. Le conflit, qui semble sans fin, a causé la mort de plus de 80 000 personnes selon un dernier bilan. Alors peut-on encore parler d’une seule Syrie ? Dans les faits, le pays est divisé. "Ce que vit le pays aujourd’hui c’est déjà une vraie partition même si elle n’est pas officielle", s’indignait mardi 15 mai Randa Kassis sur France culture. Lors d’une émission consacrée à la Syrie, l’anthropologue et opposante syrienne faisait un constat alarmant de la division du pays. "La zone kurde jouit d’une autonomie partielle, la zone côtière est sous le contrôle du régime, de même que le cœur de Damas, et si on va vers le sud et les zones de peuplement druzes, c’est ambigu".

Le front Nord hors de contrôle

Une constatation que partage Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie et directeur du Gremmo. "Il y a déjà une partition de fait entre le Nord et le Sud, qui s’est installée dans la durée depuis juillet 2012 avec la chute de la province de Raqqa". Considérée par les rebelles comme "territoire libéré", le nord de la Syrie échappe depuis de long mois au contrôle du régime. La quasi-totalité des postes frontières communiquant avec la Turquie ont été pris par la rébellion durant le printemps et l’été 2012. La rébellion, qui avait déjà trouvé en Turquie une base-arrière, a ainsi pu acheminer plus aisément armes, vivres et combattants, souvent djihadistes, vers les zones de combats, notamment à Alep.

Bachar al-Assad nie l'utilisation d'armes chimiques

Dans une interview publiée ce samedi par deux médias argentins, Bachar al-Assad a nié l'utilisation d'armes chimiques par ses forces. "Si ces armes étaient utilisées contre une ville ou un faubourg, avec un bilan de dix ou vingt victimes, serait-ce crédible ?", a demandé le président syrien, avant de répondre par la négative.

Il a également exclu une nouvelle fois de démissionner, estimant que "ce serait fuir". "Je ne sais pas si Kerry ou un autre a reçu du peuple syrien le pouvoir de parler en son nom sur la question de savoir qui doit partir et qui doit rester. Cela, c'est le peuple syrien qui le déterminera lors de l'élection présidentielle de 2014", a-t-il déclaré.

La plupart des villes du nord du pays sont d’ailleurs gérées par des conseils locaux rebelles qui reçoivent une aide financière de pays occidentaux comme la France. Depuis près d’un an, l’armée syrienne se contente de bombarder sporadiquement certaines positions rebelles du nord et continue la bataille à Alep, notamment.

Autre facteur d’éclatement, la situation particulière des zones de peuplement kurde. "Les Kurdes profitent largement de la situation particulière du nord du pays", remarque Fabrice Balanche. "Eux qui ont toujours milité pour établir une zone kurde, jouissent d’une autonomie relative".

Débordement au sud

Le régime syrien a-t-il renoncé à reconquérir le nord du pays ? Pas tout à fait, selon Fabrice Balanche. "Depuis le début, la stratégie classique du régime est de se concentrer sur les grandes villes", explique le chercheur, qui précise que Damas se concentre sur la protection du territoire qu’elle juge "utile" à savoir la capitale, cœur du pouvoir et le littoral fief de la communauté alaouite.

Cette stratégie explique également que les forces de Bachar al-Assad aient également perdu du terrain dans le sud du pays. "Le régime s’est fait déborder dans le sud début 2013, perdant le contrôle de la frontière jordanienne", rappelle Fabrice Balanche. Ce qui a eu pour conséquence de permettre aux rebelles d’ouvrir un nouveau front au sud avec l’aide de l’Arabie saoudite. "Le front ouvert à la frontière jordanienne est clairement un front saoudien", insiste pour sa part Frédéric Pichon, histotrien spécialiste de la Syrie, qui explique que le puissant royaume du Golfe a ainsi profité de la brèche ouverte pour revenir sur le terrain syrien face au Qatar, très actif dans le nord du pays. Il rappelle que début 2013, le "New York Times" a révélé que l’Arabie saoudite a livré pour un milliard de dollars d’armes à la rébellion via la Jordanie.

Vers une partition du pays ?

La répartition des minorités religieuses en Syrie
carte syrie

Deux ans après le début du soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad, plusieurs fronts sont apparus recoupant plus ou moins la répartition géographique des communautés en Syrie. Le scénario d’une partition du pays semble ainsi avoir dépassé le stade de la théorie.

Pour Randa Kassis, "il est même très probable". Pour elle, à titre d’exemple, "même en cas de chute d’Assad, la communauté alaouite ne laisserait jamais la zone côtière aux rebelles syriens, c’est impossible". Frédéric Pichon partage ce point de vue : "On va effectivement vers une partition de fait, qui sera une conséquence de l’échec à résoudre ce conflit". Pour lui, les divisions que l’on constate déjà sont significatives. "Ce ne sont pas des États différents qui vont se former, mais de fait, il y aura des zones contrôlées par différentes communautés, comme en Irak d’ailleurs".

La seconde partie de ce décryptage sera publiée le 19 mai.

 

Première publication : 17/05/2013

  • SYRIE

    HRW condamne la vidéo d'un rebelle arrachant le cœur d'un soldat pro-Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Plus de 80 000 Syriens tués depuis le début du conflit, selon l'OSDH

    En savoir plus

  • FRANCE

    Paris souhaite classer le Front Al-Nosra comme organisation terroriste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)