Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Hubert Reeves, président de "Humanité et biodiversité"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Guerre des nerfs"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola : ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

SUR LE NET

Firechat, l'application anti-censure des Hongkongais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'ai toujours su qu'il serait au rendez-vous"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

  • Les députés turcs se prononcent sur une intervention contre l'EI

    En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Le chef de Boko Haram revient à la vie... pour la quatrième fois

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus : la Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

FRANCE

Polynésie : fraîchement élu, Gaston Flosse dénonce "la dictature" de l’ONU

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 18/05/2013

"Papa Flosse", qui a retrouvé vendredi le fauteuil de président de la Polynésie française qu’il avait occupé de 1984 à 1987, puis de 1991 à 2004, a dénoncé la résolution de l’ONU appelant à la décolonisation de la Polynésie française.

À peine élu président de la Polynésie française par 38 voix sur 57 votants, Gaston Flosse, qui fêtera ses 82 ans le mois prochain, hérite d’un dossier brûlant. Celui que l’on surnomme "papa Flosse" ou "Le vieux lion" a condamné l’adoption vendredi par l’Assemblée générale de l'ONU d’une résolution qui place la Polynésie française sur la liste des territoires à décoloniser, conformément à la Charte de l'ONU (article 73 sur les territoires non autonomes). Une victoire incontestable sur le plan international pour son opposant et prédécesseur, l'indépendantiste Oscar Temaru, qui avait recueilli moins de 30 % des suffrages contre un peu plus de 45 % pour Gaston Flosse lors des élections territoriales du 5 mai.

"Malheureusement, l’assemblée des Nations unies, abusée par l’imposture de Monsieur Temaru, alors qu’il vient d’être rejeté par le vote de 73 % des Polynésiens, a voté la motion de réinscription (sur la liste des territoires à décoloniser NDLR), a accusé le président Flosse lors d’un discours diffusé sur la radio France Info. Nous continuerons à nous élever contre cette décision jusqu’à ce qu’elle soit rapportée. L’ONU a inventé le droit des nations à disposer des peuples contre leur gré. Nous ne voulons pas de dictature chez nous".

Celui qui occupe l'espace politique depuis plus de 30 ans, cofondateur du RPR avec Jacques Chirac, a toujours été autonomiste, mais opposé à l'indépendance de l'archipel. Pour lui, la Polynésie doit pouvoir s'administrer elle-même, mais au sein de la République française.

"Une absence complète de respect pour les choix démocratiques des Polynésiens"

La décision de l’ONU a également provoqué un séisme en France métropolitaine, où le gouvernement avait choisi de boycotter la séance à New York. C’est "une ingérence flagrante" ainsi qu’"un détournement des objectifs que les Nations unies se sont fixés en matière de décolonisation", a déclaré vendredi dans un communiqué Philippe Lalliot, le porte-parole du Quai d’Orsay.

Le ministère des Affaires étrangères a également fustigé "une absence complète de respect pour les choix démocratiques des Polynésiens", référence à la défaite du candidat indépendantiste sortant Oscar Temaru lors des élections territoriales de mai. "Le 21 avril puis le 5 mai, les électeurs polynésiens ont renouvelé, comme tous les cinq ans, leur Assemblée territoriale. Ils ont donné une majorité incontestable aux élus favorables à l'actuel statut d'autonomie", a écrit Philippe Lalliot, ajoutant que la France est "déterminée à continuer, avec le gouvernement de Polynésie française, à promouvoir le développement politique, économique et social de la Polynésie française". 

La Polynésie française est aujourd’hui une collectivité dotée d'une très large autonomie, mais la France conserve ses compétences régaliennes, telles que la sécurité publique ou les relations internationales.

Cette résolution symbolique ouvre en principe la voie à un référendum d'autodétermination. Mais dans la pratique, la plupart des gouvernements qui ont des territoires sur la liste ne respectent pas ces règles.

Première publication : 18/05/2013

  • DIPLOMATIE

    La France furieuse après le vote de l'ONU sur la Polynésie française

    En savoir plus

  • POLYNÉSIE FRANÇAISE

    Gaston Flosse réélu : le"vieux lion" revient malgré les affaires

    En savoir plus

  • POLYNÉSIE FRANÇAISE

    Emplois fictifs : Gaston Flosse condamné à quatre ans de prison ferme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)