Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les musulmans de France sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

Afrique

La police tunisienne tente d'empêcher les salafistes de se rendre à Kairouan

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/05/2013

Les forces de sécurité tunisiennes s'organisent pour empêcher, ce dimanche, la tenue d'un congrès du groupe Ansar al-Charia à Kairouan. Mais les militants djihadistes semblent déterminés à braver l'interdiction du ministère de l'Intérieur.

La Tunisie est sur le qui-vive. En cause, le risque de confrontation avec des militants salafistes djihadistes qui ont maintenu leur congrès, prévu ce dimanche à Kairouan, malgré l’interdiction du gouvernement dirigé par Ennahda.

Les forces tunisiennes s’organisent donc pour empêcher l'afflux de militants. Sur la route de Kairouan (150 km au sud de Tunis), d'importants renforts policiers ont été déployés aux péages. Les agents fouillent en particulier les "louages", ces transports collectifs reliant les villes tunisiennes.

"Les deux camps restent sur leur position"

Dans les airs, des hélicoptères patrouillent au-dessus de Kairouan. À l’entrée de la ville, des barrages policiers ont été installés pour fouiller des véhicules. Et sur la place face à la mosquée de Kairouan, lieu du rassemblement annoncé, des unités spéciales ont été déployées. Les hommes à barbe, attribut salafiste, sont particulièrement visés par les fouilles.

Interpellations

Des policiers cagoulés et armés ont aussi investi un magasin d'électroménager de Kairouan, y arrêtant une personne en possession de bannières noires d'Ansar al-Charia. Des médias tunisiens ont aussi fait état d'interpellations dans plusieurs autres villes. Aucune information officielle sur ces opérations n'a cependant été communiquée.

"Nous avons pris toutes les dispositions pour que le meeting n'ait pas lieu. S'ils adoptent la logique du défi, je suis prêt à mourir pour ne pas leur permettre d'imposer leur loi", a déclaré à l'AFP un officier de police de Kairouan ne souhaitant pas être identifié. "On ne (les) laissera pas entrer en ville", a-t-il ajouté.

À Tunis, les forces de sécurité étaient aussi visibles en nombre, fourgons policiers et camions militaires patrouillant jusque dans les quartiers considérés comme des bastions d'Ansar al-Charia.

Les djihadistes cherchent à contourner les barrages

Pourtant, les djihadistes semblent déterminés. "Le rassemblement aura lieu", a déclaré à l'AFP Sami Essid, un responsable d'Ansar al-Charia. le Sur des pages Facebook proches de la mouvance salafiste figurent des infographies pour localiser les barrages et signaler des itinéraires pour les contourner. Quelque 40 000 militants revendiqués par le mouvement Ansar al-Charia ont été appelés à se rendre à Kairouan, le centre spirituel et religieux de la Tunisie.

L’interdiction de ce rassemblement, vendredi, par le ministère de l’Intérieur tunisien, a été saluée par les politiques et les médias, qui craignent néanmoins que la situation dégénère en confrontation violente. "La Presse" note ainsi que le maintien du congrès est "une provocation qui sonne comme un appel à la révolte de tous les extrémistes et fauteurs de troubles".

Le parti islamiste radical Hizb ut Tahrir a de son côté dénoncé l'interdiction du rassemblement mais a appelé Ansar al-Charia à s'y soumettre. "Nous considérons comme prioritaire et sage d'annoncer le report du congrès en en faisant porter la responsabilité entière au pouvoir", relève ce parti dans un communiqué. Autrement, "dimanche sera un jour de confrontation sanglante", prédit le mouvement.

Avec dépêches

Première publication : 18/05/2013

  • TUNISIE

    Ennahda interdit le congrès des salafistes à Kairouan

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Au congrès de Kairouan, les salafistes seront tentés de provoquer Ennahda"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les djihadistes tunisiens défient une nouvelle fois Ennhada

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)