Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Afrique

Reportage : À Alger, le peuple se demande qui dirige le pays

© Capture FRANCE 24

Vidéo par Kamel Zait , Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/05/2013

La polémique autour de l'état de santé du président Bouteflika, qui n'est pas réapparu depuis son hospitalisation pour un "mini-AVC" le 27 avril au Val-de-Grâce à Paris, s'intensifie. Les Algériens s'interrogent désormais sur l'après-Bouteflika.

Activité incessante dans les rues d'Alger. Pourtant, un citoyen manque à l'appel et pas n'importe lequel : Abdelaziz Bouteflika. Hospitalisé le 27 avril à l’hôpital du Val-de-Grâce à Paris après un léger AVC, le chef de l'État algérien n'a toujours pas réapparu en public. Et même si les Algériens savent que leur président est très malade, ils se demandent désormais où il est et qui dirige le pays en son absence.

Ce vide au sommet de l'État fait la une des journaux de la presse indépendante, connue pour être particulièrement critique. "Où est le président ?! Le peuple algérien doit savoir où se trouve son président !, affirme Hassan Moali, journaliste au quotidien algérien "El Watan". Si par malheur son état de santé se détériore, l'Algérie restera debout. Je suis de ceux qui disent que l'Algérie est plus grande que n'importe qui, même le président de la République", insiste-t-il.

"Selon nos sources, le président Bouteflika est inconscient", selon Hichem Aboud

Officiellement, l'état de santé du président "s'est nettement amélioré", selon la dernière communication de l'agence de presse officielle APS en date du 11 mai. Le texte, publié après une longue période de silence qui avait donné lieu à toutes sortes de spéculations dans la presse algérienne, précisait également qu'Abdelaziz Bouteflika devait observer "une période normale de repos prescrite par ses médecins".

L'opposition en appelle au Conseil constitutionnel

Du côté des partis d'opposition, l'inquiétude est également palpable. Ils n'hésitent plus à s'interroger sur l'après-Bouteflika. Réélu en avril 2004 puis en avril 2009, Abdelaziz Bouteflika semblait s'orienter vers une nouvelle candidature à l'élection présidentielle prévue en avril 2014. "Le Conseil constitutionnel doit se réunir pour se pencher sur le dossier médical du président, insiste Moussa Touati, chef du Front national algérien et ancien candidat à l'élection présidentielle. Soit il le déclare capable de continuer à exercer ses fonctions, soit il est dans l'incapacité de le faire, et on ira vers une élection présidentielle anticipée", conclut-il.

Alors que leur président a reçu des soins dans un grand hôpital parisien, les malades algériens, eux, se sentent abandonnés. Quelques manifestants se sont rassemblés devant l'hôpital Mustapha Pacha, à Alger, le seul, dans tout le pays, à soigner ceux qui souffrent d'un cancer. Ils disent manquer de structures d'accueil et de prises en charge médicales.

"L'état de santé du président ne m'intéresse pas !, s'écrie l'un des manifestants. Qu'il soit en bonne santé ou pas peu importe ! De toute façon, ils ne se sont jamais intéressés à nous", regrette-t-il, en faisant référence à ceux qui se sont succédé jusqu'à présent à la tête de l'executif.

Première publication : 19/05/2013

  • ALGÉRIE

    Fin de partie pour Abdelaziz Bouteflika ?

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    L'état de santé du président Bouteflika ne suscite "aucune inquiétude"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)