Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Venezuela : la fin du chavisme ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Russie, immigration, Obamacare : six mois de Trump, un président désavoué ?

En savoir plus

Afrique

Arrestation d’un chef de milice pro-Ouattara à Duékoué

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/05/2013

Amadé Ouérémi, chef de milice qui occupait une forêt de l'ouest de la Côte d'Ivoire depuis des années, a été arrêté samedi à Duékoué. Il est soupçonné d'être impliqué dans des massacres lors de la crise postélectorale de 2010-2011.

Un chef de milice pro-Ouattara, soupçonné d’avoir fait massacrer des centaines de personnes durant la crise postélectorale de 2010-2011 en Côte d'Ivoire, a été arrêté samedi dans une forêt de l'ouest du pays où il régnait en maître depuis des années.

D'origine burkinabè, Amadé Ouérémi, à la tête du groupe armé qui occupait la forêt du Mont Péko, "a capitulé" face à un détachement des Forces républicaines (FRCI, armée), selon une source au sein de l'état-major citée par l’AFP. "Ses hommes sont en train d'être désarmés", a ajouté cette source.

Après sa reddition, le chef milicien a été emmené "dans le principal camp militaire de Duékoué (la ville la plus proche, ndlr), où il est accompagné de l'un de ses gardes du corps", a affirmé un témoin. Il doit être transféré à Abidjan.

Retranché dans une forêt

Depuis jeudi, des gendarmes et des soldats du Bataillon de sécurisation de l'Ouest (BSO) s'étaient déployés aux abords de la forêt. Dans cette forêt, un domaine théoriquement protégé de l'Ouest, Amadé Ouérémi et ses hommes, généralement estimés à plusieurs centaines d'éléments, défiaient depuis une dizaine d'années l'autorité de l'État, en interdisant l'accès et y cultivant notamment le cacao.

Amadé Ouérémi est soupçonné par des ONG internationales d'être impliqué dans les tueries survenues à Duékoué en mars 2011, durant la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011 qui a fait quelque 3 000 morts dans le pays. Ses troupes avaient été utilisées comme forces supplétives par les ex-rebelles nordistes à qui sont largement imputés ces massacres.

L'ex-rébellion, dont les chefs sont désormais des cadres des FRCI, s'était ralliée au président Alassane Ouattara au début de la crise postélectorale qui l'opposait à l'ancien chef de l'État, Laurent Gbagbo.

Engagements du régime Ouattara

Longtemps occultée, la question de l'occupation par Amadé Ouérémi et ses hommes de la forêt du Mont Péko s'est imposée dans le débat politique depuis la fin de la crise, en raison notamment des engagements du régime Ouattara à sécuriser l'Ouest.

Frontalière du Liberia, cette région, la plus instable du pays du fait de tensions foncières et ethniques, a été en proie à des attaques meurtrières depuis deux ans.

Les autorités se sont engagées ces derniers mois à chasser les hommes en armes ou les cultivateurs occupant des aires protégées dans l'Ouest, région riche en cacao, dont la Côte d'Ivoire est le premier producteur mondial.

Avec dépêches

Première publication : 19/05/2013

  • CÔTE D'IVOIRE

    Simone Gbagbo hospitalisée à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Élections locales : "La population ivoirienne est lasse des crises à répétition"

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Au moins sept morts dans une attaque dans l'ouest de la Côte d'Ivoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)