Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Afrique

Arrestation d’un chef de milice pro-Ouattara à Duékoué

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/05/2013

Amadé Ouérémi, chef de milice qui occupait une forêt de l'ouest de la Côte d'Ivoire depuis des années, a été arrêté samedi à Duékoué. Il est soupçonné d'être impliqué dans des massacres lors de la crise postélectorale de 2010-2011.

Un chef de milice pro-Ouattara, soupçonné d’avoir fait massacrer des centaines de personnes durant la crise postélectorale de 2010-2011 en Côte d'Ivoire, a été arrêté samedi dans une forêt de l'ouest du pays où il régnait en maître depuis des années.

D'origine burkinabè, Amadé Ouérémi, à la tête du groupe armé qui occupait la forêt du Mont Péko, "a capitulé" face à un détachement des Forces républicaines (FRCI, armée), selon une source au sein de l'état-major citée par l’AFP. "Ses hommes sont en train d'être désarmés", a ajouté cette source.

Après sa reddition, le chef milicien a été emmené "dans le principal camp militaire de Duékoué (la ville la plus proche, ndlr), où il est accompagné de l'un de ses gardes du corps", a affirmé un témoin. Il doit être transféré à Abidjan.

Retranché dans une forêt

Depuis jeudi, des gendarmes et des soldats du Bataillon de sécurisation de l'Ouest (BSO) s'étaient déployés aux abords de la forêt. Dans cette forêt, un domaine théoriquement protégé de l'Ouest, Amadé Ouérémi et ses hommes, généralement estimés à plusieurs centaines d'éléments, défiaient depuis une dizaine d'années l'autorité de l'État, en interdisant l'accès et y cultivant notamment le cacao.

Amadé Ouérémi est soupçonné par des ONG internationales d'être impliqué dans les tueries survenues à Duékoué en mars 2011, durant la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011 qui a fait quelque 3 000 morts dans le pays. Ses troupes avaient été utilisées comme forces supplétives par les ex-rebelles nordistes à qui sont largement imputés ces massacres.

L'ex-rébellion, dont les chefs sont désormais des cadres des FRCI, s'était ralliée au président Alassane Ouattara au début de la crise postélectorale qui l'opposait à l'ancien chef de l'État, Laurent Gbagbo.

Engagements du régime Ouattara

Longtemps occultée, la question de l'occupation par Amadé Ouérémi et ses hommes de la forêt du Mont Péko s'est imposée dans le débat politique depuis la fin de la crise, en raison notamment des engagements du régime Ouattara à sécuriser l'Ouest.

Frontalière du Liberia, cette région, la plus instable du pays du fait de tensions foncières et ethniques, a été en proie à des attaques meurtrières depuis deux ans.

Les autorités se sont engagées ces derniers mois à chasser les hommes en armes ou les cultivateurs occupant des aires protégées dans l'Ouest, région riche en cacao, dont la Côte d'Ivoire est le premier producteur mondial.

Avec dépêches

Première publication : 19/05/2013

  • CÔTE D'IVOIRE

    Simone Gbagbo hospitalisée à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Élections locales : "La population ivoirienne est lasse des crises à répétition"

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Au moins sept morts dans une attaque dans l'ouest de la Côte d'Ivoire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)