Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Algérie : onze soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • Plusieurs morts dans une fusillade à Sloviansk, dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

Moyen-orient

L'armée syrienne entre dans la ville stratégique de Qousseir

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU , Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 20/05/2013

Après plus d'un an de résistance aux assauts de l’armée régulière, la ville de Qousseir, bastion des rebelles au centre de la Syrie, est en passe de tomber aux mains des troupes régulières. Une victoire stratégique pour le régime de Damas.

Deux jours après que le président Bachar-al-Assad a martelé sa détermination à rester au pouvoir, l'armée syrienne a affirmé dimanche 19 mai être entrée dans le cœur de Qousseir, longtemps place forte des rebelles, dans le centre de la Syrie. Appuyées par le Hezbollah, les troupes régulières ont pris le contrôle de la place principale de cette ville proche de la frontière libanaise, située dans la province de Homs, ainsi que des immeubles environnants et de la mairie, selon une source militaire citée par l’AFP.

La télévision d'État a diffusé une interview d'un soldat sur place affirmant que les insurgés se sont enfuis face aux frappes de l'armée vers le quartier nord. "Nous continuons d'avancer [dans cette direction] pour mettre fin à toute manifestation armée", a expliqué le soldat. Il a également assuré que l'armée avait "laissé le front nord-ouest pour permettre aux habitants de sortir", ce que démentent les militants anti-régime sur place, qui ont dénoncé le "siège étouffant imposé par le régime syrien et le Hezbollah libanais".

L'armée syrienne entre dans Qousseir, bastion des rebelles
© FRANCE 24

Des bombardements incessants

Les bombardements incessants auraient fait 52 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La France s'est elle-même dite "extrêmement préoccupée" par la situation à Qousseir, craignant "un nouveau massacre de la population civile".

La ville de 25 000 habitants résiste depuis plus d’un an aux bombardements incessants et aux assauts de l’armée qui a bénéficié de l’aide du Hezbollah et des miliciens pro-régime pour cette offensive. Selon Selim El-Meddeb, le correspondant de FRANCE 24 à Beyrouth, le mouvement chiite libanais, qui ne fait pas mystère de son intervention en territoire syrien depuis deux mois, "a clairement joué un rôle majeur lors de l’assaut". Selon l'OSDH, 23 combattants du mouvement chiite libanais ont été tués lors des affrontements à Qousseir.

Fin avril, Hassan Nasrallah, le chef du Parti de Dieu, avait reconnu à demi-mot que des membres de son mouvement se battaient aux côtés du régime syrien dans cette région frontalière du Liban. "Nous ne laisserons pas les chiites libanais qui vivent autour de Qousseir sans défense", avait-il affirmé dans un discours télévisé diffusé sur Al Manar, la chaîne du Hezbollah.

Axe stratégique entre Damas et le littoral

Un soutien qui en dit long sur l’importance de cette bataille. Il y a plus de six mois déjà, le président Assad avait affirmé que la reprise de Qousseir était cruciale pour le régime. Selon Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie et directeur du Gremmo, le régime, "qui a besoin de victoires pour sa propagande", veut assurer sa survie en menant une "stratégie de contre-insurrection […] quitte à se désengager temporairement de certaines régions comme le nord ou le sud". L’axe stratégique n’est plus la route Damas-Alep, reliant les deux grandes métropoles du pays, mais bien la voie reliant la capitale Damas au pays alaouite, la minorité dont est issu Assad, sur le littoral.

"En premier lieu, il faut bien nourrir Damas", explique Fabrice Balanche qui rappelle que le pouvoir syrien tient encore bien le cœur de la capitale, où la bourgeoisie sunnite lui est favorable. "Or, c’est par la mer qu’une bonne partie du ravitaillement arrive à Damas, que ce soit en nourriture, marchandises mais aussi en armes". Sécuriser la route est donc primordial. De plus, pour aller de Tartous ou Lattakié, les deux grandes villes de la côte syrienne, à Damas il faut inévitablement passer par Homs. "C’est là qu’est la difficulté", observe le chercheur, car Homs et ses alentours constituaient jusqu’à présent une importante poche de résistance dans une zone plutôt favorable au régime. "Les autorités syriennes étaient obligées de déployer des troupes importantes sur les routes environnant Homs et Qousseir notamment pour sécuriser les convois", explique Fabrice Balanche.

"Protection de Qousseir"

L'assaut contre Qousseir est intervenu au lendemain d'un rare entretien accordé par Bachar al-Assad à des médias argentins, dans lequel il a martelé son refus de quitter le pouvoir avant la présidentielle de 2014. "Sur la question de savoir qui doit partir et qui doit rester [...], c'est le peuple syrien qui le déterminera lors de l'élection présidentielle de 2014", a-t-il insisté. Il s'est en outre dit sceptique quant à la conférence internationale prévoyant un dialogue opposition-régime, voulue par Moscou et Washington pour trouver une solution au conflit qui a fait, selon l'OSDH, plus de 94 000 morts depuis mars 2011.

La Coalition nationale de l'opposition, qui doit décider le 23 mai de sa participation à la conférence, a appelé à une réunion "urgente" de la Ligue arabe afin de discuter de la "protection de Qousseir", tout en regrettant le silence de la communauté internationale sur l'assaut de la ville.

Première publication : 20/05/2013

  • DÉCRYPTAGE

    Vers une partition de la Syrie ?

    En savoir plus

  • DÉCRYPTAGE

    Vers une partition de la Syrie ? (seconde partie)

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Reportage : des réfugiés syriens fuient la Turquie… pour rentrer en Syrie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)