Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bye Bye l'UE !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

Moyen-orient

L'ex-président Rafsandjani et le protégé d'Ahmadinejad privés de présidentielle

© AFP | L'ex-président Rafsandjani

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/05/2013

L'ex-président iranien, Hachémi Rafsandjani et le protégé de l'actuel président Ahmadinejad, Esfandiar Rahim Mashaie, ne pourront pas se présenter à la présidentielle de juin. Les Gardiens de la Constitution n'ont pas retenu leur candidature.

Les gardiens de la Constitution iranienne, chargés d'examiner les centaines de candidatures pour l'élection présidentielle du 14 juin, ont barré, mardi, deux noms célèbres de la liste des candidats : celui de l'ex-président iranien, Hachémi Rafsandjani, ainsi que celui de Esfandiar Rahim Mashaie, considéré comme le poulain de Mahmoud Ahmadinejad. Les gardiens de la Constitution n'on pas motivé leur décision.

Considéré comme un modéré et un réformateur, celui qui a dirigé l'Iran entre 1989 et 1997, Akbar Hachémi Rafsandjani, ne pourra pas briguer de nouveau mandat. Aujourd'hui âgé de 78 ans, ses positions politiques - il avait soutenu les manifestations anti-régime suite à la réélection de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009 - semblent avoir joué en sa défaveur auprès des conservateurs chargés de veiller au respect de la Constitution.

Quant à Esfandiar Rahim Mashaie, adoubé par l'actuel président iranien comme son dauphin, il n'aura pas non plus le droit de se présenter. Ancien vice-président de l'Organisation pour le tourisme et l'héritage culturel iraniens, sa candidature représentait, à elle seule, un affront pour l'ayatollah Ali Khamenei, Guide suprême de la Révolution. Détesté par le clergé, taxé d’espion de l’étranger, Mashaie était l’une des cibles privilégiées des ultraconservateurs.

Mashaie entame un recours auprès du Guide suprême

Les deux candidats exclus peuvent entamer un recours auprès du Guide suprême de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, seul habilité à désavouer les décisions du Conseil des gardiens de la Constitution.

"Je considère ma disqualification comme une injustice et je vais essayer de la réparer en faisant un recours auprès du Guide suprême", a réagi M. Mashaie, cité par l'agence Fars. Un proche de M. Rafsandjani avait en revanche indiqué avant l'annonce de sa disqualification que l'ex-président se plierait aux décisions du Conseil.

Au total, huit candidats ont été retenus. Ils appartiennent en majorité au camp conservateur, dont l'ex-chef de la diplomatie (1981-97), Ali Velayati, et le maire de Téhéran, Mohammad Bagher Ghalibaf, ainsi que le négociateur en chef du dossier nucléaire, Saïd Jalili, ou encore Mohammad Haddad-Adel et Mohsen Rezaï. La liste est complétée par les conservateurs Hassan Rohani et Mohammad Gharazi, et le réformateur, Mohammad-Reza Aref.

Retrouvez ici la liste des candidats à la présidentielle du 14 juin. 

Avec dépêches

Première publication : 21/05/2013

  • IRAN

    Qui pour succéder au président iranien Mahmoud Ahmadinejad ?

    En savoir plus

  • IRAN

    L'ex-président Rafsandjani annonce sa candidature à la présidentielle du 14 juin

    En savoir plus

  • IRAN

    Le dauphin d'Ahmadinejad promet l'arrivée du printemps

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)