Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Moyen-orient

Mahmoud Ahmadinejad conteste l'éviction de son protégé à la présidentielle

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI , Nay NAAYEM

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/05/2013

Le président Ahmadinejad entend déposer un recours contre la décision du Conseil constitutionnel d'écarter son dauphin Esfandiar Rahim Mashaïe de la présidentielle du 14 juin. Disqualifié également, l'ex-président Rafsandjani ne fera, lui, pas appel.

Au lendemain du rejet par le Conseil constitutionnel iranien de la candidature d'Esfandiar Rahim Mashaïe pour l'élection présidentielle du 14 juin, le président Mahmoud Ahmadinejad s'est insurgé contre l'éviction de son dauphin. Le chef de l'État sortant, qui ne peut pas briguer de troisième mandat, a argué que son poulain, "un bon croyant, qualifié et utile pour le pays", était "victime d'une injustice".

Mahmoud Ahmadinejad entend faire appel au Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, seul habilité à désavouer les décisions du Conseil des gardiens de la Constitution. "Il y a huit ans, le Guide suprême avait permis à deux candidats réformateurs d'être réintégrés", rappelle Saviosh Ghazi, le correspondant de FRANCE 24 à Téhéran. Sauf que toute réintégration semble, cette fois-ci, peu probable, estime Bernard Hourcade, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et spécialiste de l'Iran. La candidature d'Esfandiar Rahim Mashaïe, ancien vice-président de l'Organisation pour le tourisme et l'héritage culturel iraniens, représente en effet un affront pour l'ayatollah Ali Khamenei. Détesté par le clergé, taxé d’espion de l’étranger, il est l’une des cibles privilégiées des ultraconservateurs.

"Rafsandjani pas motivé"

De son côté, l'autre candidat évincé par le Conseil constitionnel, l'ex-président Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, a fait savoir qu'il ne contestera pas sa disqualification, selon Es-Hagh Jahanguiri, le chef de sa campagne cité par l'agence Isna. "Il fait partie des piliers du régime et il le restera, si Dieu le veut", a-t-il indiqué.

Aujourd'hui âgé de 78 ans, ses positions politiques - il avait soutenu les manifestations anti-régime suite à la réélection de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009 - semblent avoir joué en sa défaveur auprès des conservateurs chargés de veiller au respect de la Constitution.

Pour Bernard Hourcade, celui qui a dirigé l'Iran entre 1989 et 1997 n'est pas vraiment déçu par cette décision car "sa candidature avait été motivée par ses proches mais lui  ne l'était pas particulièrement". "Il savait qu'il ne bénéficiait pas de tant de soutien que ça derrière lui", estime le spécialiste. 

Reste à savoir vers qui vont se tourner les sympathisants de chacun de ces hommes. Au total, huit candidats ont été retenus. Ils appartiennent en majorité au camp conservateur, dont l'ex-chef de la diplomatie (1981-1997), Ali Velayati, et le maire de Téhéran, Mohammad Bagher Ghalibaf, ainsi que le négociateur en chef du dossier nucléaire, Saïd Jalili, ou encore Mohammad Haddad-Adel et Mohsen Rezaï. La liste est complétée par les conservateurs Hassan Rohani et Mohammad Gharazi et le réformateur Mohammad-Reza Aref.

Retrouvez ici la liste des candidats à la présidentielle du 14 juin. 

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 22/05/2013

  • IRAN

    L'ex-président Rafsandjani et le protégé d'Ahmadinejad privés de présidentielle

    En savoir plus

  • IRAN

    Qui pour succéder au président iranien Mahmoud Ahmadinejad ?

    En savoir plus

  • IRAN

    Le dauphin d'Ahmadinejad promet l'arrivée du printemps

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)