Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Culture

Le Français Henri Dutilleux, célèbre compositeur, est décédé

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2013

Le compositeur français Henri Dutilleux est décédé ce mercredi à l'âge de 97 ans. Qualifié de "moderne classique", il était l'un des contemporains les plus joués au monde. Sa dernière œuvre, "Correspondances", est parue en janvier.

Le compositeur français Henri Dutilleux, décédé mercredi à l'âge de 97 ans, était l'une des figures musicales les plus marquantes de la deuxième moitié du XXe siècle qui avait su apprivoiser le public rebelle à la musique contemporaine.

Son oeuvre originale, éminemment poétique, -comme "Sur le même accord", nocturne pour violon solo et orchestre créé à Londres en 2002,- et dégagée de tout dogmatisme aura été abondamment jouée de son vivant en France et à l'étranger.

Transcendant les modes, indépendant, bien qu'influencé par Bartók, Stravinski et surtout Debussy, il se tenait à l'écart aussi bien des traditionalistes que de l'avant-garde. "Je suis contre les mots d'ordre. Le sectarisme engendre l'appauvrissement", déclarait-il.

Né le 22 janvier 1916 dans une famille originaire du Nord, Henri Dutilleux fait ses études musicales au Conservatoire de Paris. Prix de Rome en 1938, il ne séjournera que quelques mois à la Villa Médicis avant d'être mobilisé comme brancardier.

Sa carrière commence après la guerre, par des musiques de chambre, de film et de scène. Il remporte son premier grand succès en 1948 avec une sonate pour piano créée pour son épouse Geneviève Joy.

Chacune de ses partitions, élaborée très lentement, fera ensuite figure d'événement. Exigeant, Dutilleux ne livre à ses interprètes, tous les trois ou quatre ans, que des oeuvres essentielles par leur densité expressive, leur souci de perfection formelle. Sa production, depuis 1937, ne comptait qu'une quarantaine d'opus.

Le compositeur, qui a dirigé le service des "illustrations musicales" à l'ORTF (1944-1963), a enseigné la composition à l'École normale de musique (à partir de 1961), puis au Conservatoire de Paris (1970-1984).

Henri Dutilleux a notamment écrit deux symphonies, "Métaboles" pour orchestre, "Tout un monde lointain" (1970) un concerto pour violoncelle pour Rostropovitch, et "l'Arbre des songes" un concerto pour violon à l'intention d'Isaac Stern (1985). Il a également composé le quatuor à cordes "Ainsi la nuit" (1977) et une fresque orchestrale créée à Berlin en 2003, "Correspondances".

AFP

Première publication : 22/05/2013

COMMENTAIRE(S)