Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Dix Africains dans le classement mondial des personnalités les plus influentes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La sous-traitance des handicapés français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Quand Barack Obama joue avec le feu ...

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est, jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est, jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Amel Karboul, ministre tunisienne du Tourisme

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

  • Rachat d'Alstom : Montebourg cherche "d'autres solutions" que General Electric

    En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Standard & Poor's maintient la note "AA" pour la France

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

Economie

Christine Lagarde auditionnée en vue d’une éventuelle mise en examen

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/05/2013

La patronne du Fonds monétaire international Christine Lagarde doit s'expliquer jeudi devant la Cour de justice de la République sur la décision de l'État de recourir à un tribunal arbitral dans l'Affaire Tapie. Elle risque une mise en examen.

Souriante, tailleur marine et étole turquoise, la directrice générale du FMI Christine Lagarde est arrivée, jeudi 23 mai dans la matinée, à la Cour de justice de la République (CJR), à Paris. L'ex-ministre de l'Économie (2007-2011) va devoir défendre son choix d’avoir recouru, en 2007, à un arbitrage privé et coûteux pour régler un litige judiciaire concernant la revente d'Adidas par le Crédit Lyonnais, contrôlé par Bernard Tapie, en 1993. Elle risque une mise en examen pour "complicité de faux et de détournement de fonds publics".

L'audition de la directrice générale du FMI, à l'issue de laquelle elle sera soit mise en examen, soit placée sous statut de témoin assisté, pourrait se poursuivre jusqu'à vendredi, a indiqué son avocat, Me Yves Repiquet. La CJR reproche à Christine Lagarde d'avoir recouru à ce tribunal arbitral privé alors qu'il s'agissait de deniers publics et de ne pas avoir exercé de recours contre cet arbitrage controversé. Le 7 juillet 2008, ce tribunal a condamné le Consortium de réalisation (CDR), organisme public gestionnaire du passif du Crédit Lyonnais, à verser 285 millions d'euros (400 millions avec les intérêts) à Bernard Tapie.

"Indices graves et concordants"

La procédure visant Christine Lagarde pour complicité de détournement de fonds publics et de faux dans cette affaire date de 2011. À l’époque, la CJR avait elle-même évoqué "de nombreuses anomalies et irrégularités" dans cette affaire. Des extraits du réquisitoire de la CJR ont été publiés mercredi 22 mai dans Le Canard Enchaîné, qui le qualifie de "sans pitié" : "De l'ensemble de ces décisions systématiquement défavorables aux intérêts (...) de l'Etat résultent des indices graves et concordants faisant présumer que, sous l'apparente régularité d'une procédure d'arbitrage, se dissimule en réalité une action concertée en vue d'octroyer aux époux Tapie (...) les sommes qu'ils n'avaient pu jusqu'alors obtenir" de la justice, écrirait ainsi le procureur.

De son côté, la directrice générale du FMI, dont le domicile a été perquisitionné fin mars, dément toute malversation et a exclu de démissionner d'un poste qu'elle occupe depuis le départ forcé de Dominique Strauss-Kahn de Washington après l'affaire du Sofitel. En septembre 2008, elle avait déclaré devant une commission d'information parlementaire qu'elle n'agissait "pas sur instruction [de Nicolas Sarkozy, président de la République à l'époque], mais sur la base de (son) appréciation", rappelle par ailleurs l'hebdomadaire satirique.

Bercy envisage de se constituer partie civile

Christine Lagarde, qui se disait sereine en avril dernier concernant cette convocation, bénéficie de "la confiance des autorités françaises", a déclaré mercredi à l'AFP le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici. Toutefois, ce dernier a annoncé qu’en cas de mise en examen de la directrice générale du FMI, Bercy envisageait un recours en révision contre l'arbitrage controversé de 2008. Le ministère de l'Économie pourrait également se constituer partie civile dans l'enquête sur le volet non ministériel du dossier "s'il s'avérait que les intérêts de l'Etat ont été lésés".

De son côté, le Conseil d'administration du FMI estime que l'ancienne ministre de l'Economie n'a pas tiré personnellement profit de l'arbitrage privé choisi pour régler le litige judiciaire opposant Bernard Tapie au Crédit Lyonnais. "Pour l'instant, ce n'est pas une préoccupation", indique une source de l'institution. Le Conseil devra revoir sa position si cette procédure judiciaire commençait à l'empêcher d'exercer son mandat, ajoute-t-elle toutefois.

Première publication : 23/05/2013

  • FRANCE - ENTRETIEN

    Affaire Tapie : Christine Lagarde ne souhaite pas "spéculer"

    En savoir plus

  • FMI

    Affaire Tapie : "La culpabilité de Christine Lagarde serait catastrophique"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Tapie : perquisition au domicile parisien de Christine Lagarde

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)