Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

  • En direct : démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

Afrique

L’Érythrée, 20 ans d'indépendance et de dictature

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/05/2013

L'Érythrée fête le 20e anniversaire de son indépendance. À cette occasion, l'Association franco-érythréenne pour la liberté et la démocratie a organisé un rassemblement devant le siège de FRANCE 24 pour dénoncer les horreurs du régime.

Ils étaient une vingtaine d’Érythréens rassemblés, ce jeudi 23 mai, devant le siège de FRANCE 24 et de RFI, à Issy-les-Moulineaux, en région parisienne. À la veille du 20e anniversaire de l’indépendance de l’Érythrée, les membres de la toute jeune Association franco-érythréenne pour la liberté et la démocratie ont voulu faire entendre leur voix. "Puisque les médias ne viennent pas à nous, c’est nous qui venons à eux !", explique Saleh Adam, l'un des fondateurs de l’association.

Brandissant des portraits de journalistes, d’artistes ou d’hommes politiques prisonniers ou tués par le régime d’Issayas Afewerki, le groupe a dénoncé, tantôt en langue française, tantôt en tigrigna, la brutalité de la dictature qui sévit en Érythrée à travers la lecture de plusieurs textes. "Amis Français, entendez-nous ! Nous sommes l’Érythrée qui vit encore". Sous une pluie battante, certains ont même entonné l’hymne national, comme pour mieux défier le pouvoir.

Les membres de l'"association franco-érythréenne pour la liberté et la démocratie" rassemblés devant le siège de France 24

Issayas Afewerki, du héros au despote

Les Érythréens vivent depuis 20 ans sous l'emprise d'un régime dictatorial d’inspiration marxiste tenu d’une main de fer par Issayas Afewerki, arrivé au pouvoir en libérateur au moment de l’indépendance du pays, signé le 24 mai 1993. Après une guerre longue de 30 ans avec l’Éthiopie, celui qui est aujourd'hui chef de l’État, chef des armées et chef du parti unique avait suscité, en prenant le pouvoir, les espoirs des Érythréens et de la communauté internationale. "Il avait libéré le pays, c’était un héros", se souvient le responsable de l’association. Mais la joie a été de courte durée. Le président ne fera jamais appliquer la Constitution, il n’y aura jamais d’élections, le pays de la Corne africaine ne connaîtra pas non plus de Parlement.

Aujourd’hui, le pays est bouclé, les communications téléphoniques sont surveillées, l’accès à Internet est limité et nombre d'opposants croupissent en prison. Selon un rapport d’Amnesty International publié le 9 mai dernier, 10 000 prisonniers politiques seraient détenus en Érythrée dans "des conditions atroces, inimaginables".

Indifférence de l’Occident ?

Les médias d’État tentent bien d'ériger l’Érythrée en modèle de réussite sociale où les écoles et l’accès aux soins sont gratuits. Sur le plan économique, les autorités annoncent un taux de croissance de 7,5 %. "Comment peut-on dire cela alors même qu’ils sont incapables de fournir de bilan annuel ?", s’indigne Saleh Adam.

En attendant, la population vit dans la misère. L'Érythrée fait partie des dix pays les plus pauvres du monde. Les associations humanitaires ont déserté la capitale, Asmara, et les provinces. Pour échapper à la dictature, de nombreux Érythréens quittent le pays au péril de leur vie. "On ne peut pas dire que l’Occident soit indifférent, mais il est surtout mal informé car l’Érythrée fait tout pour étouffer les informations qui émanent du pays", assure le militant associatif.

La communauté internationale reste, en effet, discrète. Elle n’est pas pressée d’intervenir en Érythrée, nation soutenue par le Qatar, de crainte de déstabiliser toute la région. Par ailleurs, la chute du régime pourrait troubler les échanges commerciaux qui s’effectuent le long de le mer Rouge. "Puisque personne ne fait rien, c’est à nous, Érythréens d’Occident, d’agir pour mobiliser les consciences", conclut Saleh Adam.

 

Première publication : 23/05/2013

  • ÉTHIOPIE

    "L’attaque éthiopienne en Érythrée est une déclaration de guerre"

    En savoir plus

  • ONU

    Le Conseil de sécurité renforce ses sanctions contre l'Érythrée

    En savoir plus

  • CORNE DE L'AFRIQUE

    L’Érythrée, une "menace" de plus pour la stabilité de la Corne de l’Afrique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)