Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

UN OEIL SUR LES MEDIAS

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "François de Rugy se fera respecter car il est respectable"

En savoir plus

FOCUS

Face à ses hooligans, la Russie applique la tolérance zéro

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'acteur caméléon Guillaume Gallienne fait ses débuts à l'opéra

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, Trump, et Oliver Stone"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Facebook Messenger parie sur le "service à la clientèle instantané"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oubliés les brocards phallocrates !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : nouvelles découvertes macabres dans le Kasaï

En savoir plus

FRANCE

Les députés donnent leur feu vert aux cours en anglais à l'université

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/05/2013

Les députés français ont adopté l'élargissement controversé de l'enseignement en langues étrangères, notamment en anglais, dans les universités françaises. Les opposants à ce vote redoutent une perte d'influence du français dans l'enseignement.

Des cours dans les universités françaises pourront désormais être dispensés en anglais. Après plus de deux heures de débat passionné, les députés ont adopté, ce jeudi 23 mai, à main levée, l’article 2 du projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche. Ce texte prévoit l’élargissement de l’enseignement en langues étrangères.

Lors de l'examen du texte, la ministre de l’Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, a dû faire face à des réactions hostiles de la part de plusieurs élus de l’opposition, mais aussi de la majorité.

"Je suis satisfaite, car ça risquait de donner une image de nous de défaitisme, de repli sur soi. Le débat a permis d’éclaircir les choses", a réagi la ministre après le vote. "Il ne s’agit, en aucun cas, de remettre en cause la primauté de l’enseignement en français ou la défense de la francophonie. Il s’agit au contraire d’élargir le socle de la francophonie auprès des jeunes, notamment des pays émergents qui, aujourd’hui, ne viennent pas dans notre pays", a-t-elle également assuré.

Un débat passionné

Jusqu’au bout, plusieurs députés UMP ont vivement combattu ce projet de loi. "Un peuple qui parle de plus en plus une langue étrangère perd peu à peu son identité", a ainsi lancé Jacques Myard, pour qui "ce n’est pas avec ce sabir que vous pénétrerez le marché chinois, arabo-musulman ou latino-américain". L’Académie française avait également demandé au gouvernement de renoncer à cet élargissement controversé.

Face à ce tollé, les députés ont toutefois pris des dispositions pour encadrer les dispenses de cours en langues étrangères. Ils ont voté un amendement précisant que les exceptions à l’enseignement en français ne seront admises que "lorsqu’elles sont justifiées par des nécessités pédagogiques".

L’examen du projet de loi, qui compte une soixantaine d’articles, devrait se terminer lundi prochain. Le vote solennel sur l’ensemble du texte est, quant à lui, prévu le 28 mai.

Avec dépêches

Première publication : 23/05/2013

  • FRANCE

    Cours en anglais à l'université : "la pire des humiliations" pour les francophones

    En savoir plus

  • FRANCE

    Ayrault s'en prend à ses ministres trop portés sur l'anglais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)