Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

LE DÉBAT

Clinton – Trump : un duel décisif ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

FRANCE

Pour Paris, la branche armée du Hezbollah est un groupe terroriste

© AFP | Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/05/2013

Paris a plaidé mercredi pour l'inscription de la branche armée du Hezbollah, mouvement chiite libanais, sur la liste des mouvements terroristes établie par l'Union européenne, en raison de son soutien au régime syrien.

En raison de son soutien au régime de Damas, la France va proposer que la branche militaire du Hezbollah soit inscrite sur la liste des groupes terroristes de l'Union européenne, a déclaré mercredi 22 mai le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius en déplacement à Amman en Jordanie.

"Compte tenu des décisions qu'a prises le Hezbollah et le fait qu'il a combattu très durement la population syrienne, je confirme que la France proposera d'inscrire la branche militaire du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes" de l'UE, a déclaré Laurent Fabius à des journalistes.

"Vous avez vu que le Hezbollah non seulement s'est engagé pleinement en Syrie mais qu'il a aussi revendiqué son engagement", a encore noté le ministre dans la capitale jordanienne.

Paris avait jusque-là été réticente à cette inscription, craignant pour les intérêts de la France dans la région, au Liban notamment. Laurent Fabius semble donc avoir changé son fusil d'épaule.

Une inscription à l'initiative de Londres

"Comme il y a en plus d'autres éléments qui concernent ce qui c'est passé en Bulgarie et dans d'autres endroits, nous considérons que c'est un point qui devrait faire l'accord de l'ensemble des Européens", a estimé Fabius. Le ministre faisait allusion à l'attentat anti-israélien du 18 juillet 2012 à Bourgas, en Bulgarie, qui avait fait sept morts - cinq Israéliens, l'auteur présumé de l'attentat et un Bulgare". Le gouvernement bulgare de l'époque avait imputé la responsabilité de l'attentat au Hezbollah.

Mardi, dans une lettre adressée en début de semaine à ses partenaires européens, le Royaume-Uni avait déjà plaidé pour l'inscription de la branche armée du Hezbollah sur la liste des mouvements terroristes de l'UE - inscription qui nécessite l'unanimité des 27. "Nous pensons vraiment qu'une réponse adaptée de l'UE serait de désigner l'aile militaire du Hezbollah comme une organisation terroriste", avait déclaré un porte-parole du Foreign Office.

Le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle avait lui aussi soutenu cette inscription. "C'est depuis longtemps discuté au sein de l'UE et ce sujet a connu un nouveau développement après l'attentat de Bourgas en Bulgarie", avait précisé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Andreas Peschke.

Les États-Unis ont déjà inscrit le mouvement chiite libanais, et pas seulement son aile militaire, sur leur liste des groupes terroristes. En Europe, seuls les Pays-Bas ont fait de même.

Avec dépêches

Première publication : 23/05/2013

  • SYRIE -ISRAËL

    Le Hezbollah prêt à aider la Syrie à reconquérir le Golan

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les raids israéliens en Syrie, "une menace pour la stabilité de la région"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le mausolée chiite de Zeinab près de Damas, la "ligne rouge" du Hezbollah

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)