Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Moyen-Orient

Combats à Tripoli : "Pourquoi devons-nous payer pour quelque chose qui ne nous concerne pas ?"

© FRANCE 24

Vidéo par Antoine MARIOTTI , Selim EL MEDDEB

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/05/2013

C'est un prolongement de la bataille de Qousseir : à Tripoli, grand ville portuaire du nord du Liban, les combats entre partisans et opposants au président syrien Bachar al-Assad s'intensifient. Le reportage de nos envoyés spéciaux.

Près de 200 blessés et 23 morts. Le bilan des affrontements à Tripoli, dans le nord du Liban, s’est encore alourdi vendredi 24 mai, après cinq jours de violences entre le quartier sunnite de Bab al-Tebbaneh, opposé au régime syrien, et celui de Jabal Mohsen, majoritaiement peuplé d’alaouites, favorable au président syrien Bachar al-Assad. Les tensions gagnent à présent d’autres quartiers de la ville.

Tripoli, la deuxième ville du Liban, s’est embrasée dimanche 19 mai après l’offensive menée par le régime syrien et ses alliés du Hezbollah contre Qousseir, une ville stratégique située entre Damas et le littoral syrien. Les autorités libanaises ont déployé l’armée dans les rues de Tripoli pour ramener le calme. En vain.

Les militants des deux quartiers s’affrontent à l’arme lourde – des obus de mortier, principalement - et les habitants se retrouvent pris au piège des combats. "Chaque fois que [les habitants du quartier Jabal Mohsen] reçoivent le corps d'un combattant pro-Assad mort à Qousseir, ils viennent se battre contre nous ici", témoigne Abou Khattab, un combattant de Bab al-Tebbaneh, au micro d'Antoine Mariotti et Selim El Meddeb, les  envoyés spéciaux de FRANCE 24. Puis il poursuit : "Bab al-Tebbaneh est un quartier pauvre, il ne peut pas supporter tous ces obus, il ne veut pas de ces combats".

"C'est toujours nos enfants qui paient le prix"

Une partie de la population de ce quartier, prise au piège, a fui. "C'est toujours nos enfants qui paient le prix, ils ne peuvent pas aller à l'école, on n'a pas de travail, déplore une mère de famille. Si vous ne travaillez pas, vous ne pouvez pas manger et nous avons des enfants ! Qui parlent d'eux ? Pourquoi devons-nous souffrir et payer pour quelque chose qui ne nous concerne pas ?"

Tripoli est régulièrement en proie aux affrontements. De violents heurts ont opposé ces deux quartiers à 16 reprises depuis 2008. La ville est particulièrement sensible à l’évolution de la situation de l’autre côté de la frontière et depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad, les tensions sont de plus en plus fréquentes, notamment depuis l’offensive des forces syriennes contre les rebelles à Qousseir, située à une soixantaine de kilomètres de Tripoli à vol d’oiseau.
 

Première publication : 24/05/2013

  • SYRIE

    Le Hezbollah prévient qu’il ne laissera pas les Libanais de Syrie sans défense

    En savoir plus

  • LIBAN

    Nouveaux affrontements meurtriers entre pro et anti-Assad à Tripoli

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Le Liban pris en étau entre tensions confessionnelles et crise politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)