Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le scandale irlandais"

En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

  • Le bilan d'Ebola s'alourdit encore en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

Economie

"Les Allemands sont perçus comme les bons citoyens du monde"

© Loretahur/Flickr

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/05/2013

Un récent sondage montre que l’Allemagne est le pays le plus aimé au monde malgré les critiques à l’égard de la politique européenne d’Angela Merkel. Sam Mountford, en charge de cette enquête, explique pourquoi ce résultat n'est pas surprenant.

Surprise : l’Allemagne est le pays le plus aimé au monde devant le Canada et la Grande-Bretagne. C’est ce qui ressort d’un sondage publié jeudi 23 mai par la BBC et réalisé par GlobeScan et PIPA, deux cabinets britanniques d’études. Malgré les critiques récurrentes adressées à la première puissance européenne pour son dogmatisme économique en faveur d’une austérité tous azimuts, la majorité des quelque 26 000 personnes interrogées dans 25 pays trouve que l’Allemagne a l’influence la plus positive au monde.

Même les Espagnols ou les Italiens, qui souffrent pourtant particulièrement sous l’effet de la rigueur inspirée des préceptes d'Angela Merkel, mettent l’Allemagne sur un piédestal. Seuls les Grecs - qui lors de plusieurs manifestations contre la politique économique de leur pays ont comparé la chancelière allemande à Adolf Hitler - ne participent pas à cet engouement.

Sam Mountford, directeur de GlobeScan et responsable de ce sondage réalisé tous les ans depuis 2005, explique à FRANCE 24 pourquoi ces résultats ne sont pas si étonnants.

N’êtes-vous pas surpris que l’Allemagne, souvent critiquée pour son "arrogance", soit le pays le plus aimé au monde ?

Sam Mountford : Pas du tout. Il faut bien comprendre que ce résultat ne reflète pas une approbation de la politique d’Angela Merkel. La question posée est de savoir quel est le pays qui a l’influence la plus positive. Les réponses tiennent davantage compte d’éléments comme le rayonnement culturel, la stabilité politique, le niveau de démocratie dans un État et plus généralement le mode de vie.

Dans nos précédents sondages, l’Allemagne a toujours figuré dans le peloton de tête des pays à avoir une image positive. Ce n’est donc que la confirmation d’une tendance à long terme qui montre que les critiques à l’égard de la politique d’Angela Merkel sont largement contrebalancées par d’autres éléments.

Quels sont, selon vous, ces autres éléments qui jouent autant en faveur de l’Allemagne ?

S.M. : On ne demande pas aux sondés de justifier leur choix, donc je ne peux que spéculer sur ce point. Mais, en résumé, je pense que les Allemands sont perçus comme les bons citoyens du monde.

L’Allemagne a adopté une approche résolument multilatéraliste des relations internationales. Le pays joue collectif et coopére avec toutes les institutions internationales. Il y a clairement une prime à ce genre de diplomatie assez neutre. Les États qui se lancent seuls dans des campagnes militaires, que leurs intentions soient louables ou non, sont souvent sanctionnés pour ça. C’est particulièrement flagrant dans le cas des États-Unis. D’ailleurs ces derniers progressent dans notre classement depuis que Washington se montre moins unilatéraliste, redorant ainsi son blason terni par la guerre en Irak.

Berlin profite aussi d’une baisse généralisée des opinions favorables pour les autres pays. Dans le contexte de crise économique actuelle, l’Allemagne apparaît comme le seul pays, ou presque, à avoir un leadership fort et efficace. Les résultats de ce sondage montrent qu’il y a un important désenchantement des personnes interrogées à l’égard de leur gouvernement. Le vote en faveur de l’Allemagne reflète ce désir des sondés d’avoir des responsables politiques qui savent où ils vont.

Si la cote favorable dont l’Allemagne bénéficie ne vous étonne pas, est-ce qu’il y a des surprises dans les résultats de ce sondage ?

S.M. : La principale surprise vient du Japon. Il était en top de notre classement en 2012 et il a dégringolé de quatre places en un an. C’est une très importante chute que j’ai du mal à m’expliquer. Peut-être est-ce du aux tensions actuelles en Asie. L’image japonaise s’est ainsi particulièrement dégradée aux yeux des Chinois interrogés. Les Sud-Coréens ont également une opinion beaucoup plus défavorable de Tokyo, ce qui provient probablement du renouveau du discours nationaliste au Japon.

L’autre enseignement caché de ce sondage est que pour la première fois depuis que ce classement est établi, il y a davantage de Britanniques qui ont une image défavorable de l’Union européenne que l’inverse. Une évolution à souligner alors que le gouvernement de David Cameron envisage un référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne .

Première publication : 24/05/2013

  • FRANCE

    "Affrontement" franco-allemand : la polémique continue

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Dilma Rousseff en guerre contre l'austérité à l'allemande

    En savoir plus

  • SOMMET EUROPÉEN

    L'Europe du Sud impose sa volonté à l'Allemagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)